Politique › Institutionnel

Cameroun: Débats sur les « Vacances à tout prix du chef de l’Etat » en France

La polémique s’est véritablement installée avec la communication du ministre Issa Tchiroma Bakary sur le sujet

L’affaire du coût des congés du président de la république fait aujourd’hui grand écho au sein des médias et de la classe politique camerounaise. La première réaction est venue de Cameroon-tribune. Le quotidien officiel a choisi dans un premier temps, de présenter le coté diplomatique des choses. L’idée était de mettre dans le même registre le récent séjour officiel du chef de l’Etat camerounais à Paris et celui des vacances actuels. L’article insistait sur le caractère diplomatique des déclarations lors de la soirée offerte par le maire de La Baule. Ce mercredi matin, le journal a fortement critiqué l’attitude des médias français ayant écrit l’article.

Colère du gouvernement camerounais

Une manipulation qui sert les intérêts politiques malveillants.
Issa Tchiroma, ministre de la communication

Le ministre Grégoire Owona par ailleurs secrétaire général adjoint du RDPC, le parti majoritaire au pouvoir et dont Paul Biya est le président, a réagit dans une lettre parue dans le journal le Jour. Il fallait trouver quelque chose pour salir Paul Biya et le Cameroun globalement, d’où cette grossièreté qu’on veut servir aux Camerounais précise-t-il dans sa réaction. Dans la soirée de mardi, c’est le ministre Issa Tchiroma qui est monté au créneau. Il condamne ce qu’il nomme une campagne Une manipulation qui sert les intérêts politiques malveillants. Le ministre de la communication a tenu à préciser que les premières réponses sont venues du sol français. Il y’a d’abord eu le droit de réponse servi par exploit d’huissier par le Directeur Général des hôtels Lucien Barriere et publié par les médias mis en cause, au terme duquel il est souligné le coté inexact, voir mensonger des informations publiées il a ensuite repris à son compte les propos de l’éditorial de Yannick Urien paru dans le magazine La Baule Plus.

Réseaux contre réseaux ?

Certains s’étonnent encore que la profession de journaliste soit dévalorisée au point qu’un sondage récent indique que les Français placent les journalistes et les prostituées à un même niveau de considération C’est tout dire! Les baulois et les commerçants de La Baule ont vécu un bel exemple de manipulation médiatique(.) L’image perçue par les gens de La Baule n’est pas celle de la dépense (.) On peut se demander si les journalistes qui ont relayé cela ont mis les pieds une seule fois à La Baule.
Yannick Urrien, journaliste au magazine mensuel «La Baule+

Ce dernier manque à ce niveau de donner au moins deux informations. Le magazine La Baule+ est une publication certes de grand tirage (près de 40 000 exemplaires), mais c’est aussi avant tout un magazine gratuit de publicité, qui parait mensuellement. Yannick Urien largement cité par le ministre Tchiroma en est le cofondateur. Ce dernier est très connu comme étant un bon journaliste, mais aussi un homme des réseaux, notamment proche de l’UMP (Union pour un mouvement populaire, parti au pouvoir en France).

Un réel problème d’éthique
Le 29 août, trois médias français ont rapporté que le couple présidentiel, accompagné d’une équipe de plus de 40 personnes, s’est installé dans les hôtels L’Hermitage (5 étoiles) et Le Royal (4 étoiles). Il est vrai que suivant les prix que pratiquent ces hôtels, on pourrait bien loger une délégation de 40 personnes à des coup n’atteignant pas ceux évoqués. Mais il se pose un problème d’éthique, comme le précisait Ndam Njoya (UDC). Selon des récents rapports, 48 % des Camerounais vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Le Cameroun tient principalement le coup de la crise grâce à l’aide internationale. Fin juillet, la France a confirmé le versement de 537 millions d’euros sur cinq ans pour le désendettement et le développement du pays. C’est pourquoi le quotidien Mutations reprécise sa position. La colère des membres du gouvernement n’apportent pas de réponse concrète. Qu’est ce qui justifie une délégation de quarante personnes et surtout quel en est finalement le coût pour le contribuable ? Dans son intervention, le ministre Tchiroma a précisé que:

Le chef de l’Etat a droit à des vacances (.) avec les moyens que le peuple met à sa disposition.
Issa Tchiroma, ministre de la communication

Une affirmation elle aussi, que de nombreux camerounais pourront apprécier à sa juste valeur.

La Baule fait des vagues au Cameroun!
angers7.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut