CultureCulture › Arts visuels

Cameroun: Début plutôt morose pour le festival du film du Fako

Comme annoncé, le festival du film du Fako (FFF) s’est ouvert à l’alliance franco-camerounaise de Buea ce 21 juillet

Etaient présents à la cérémonie d’ouverture les principaux acteurs de la chaîne cinématographique de la région du Sud-ouest et un nombre considérable de cinéphiles pas du tout découragés par le temps peu clément qui prévaut à Buéa. Au nombre des absents s’inscrit en bonne place le cinéaste camerounais Basseck Ba Khobio qui avait été annoncé en grande pompe. Les organisateurs de l’événement ont tout de même promis qu’il sera bel et bien présent, mais au dernier jour du festival. Le délégué régional de la culture pour le Sud-ouest s’est fait remplacé pour cette cérémonie d’ouverture par Monsieur Roger Lita, ancien délégué de la culture dans la même région.

Prenant la parole en premier, le Directeur de l’alliance Franco-camerounaise de Buea à rappelé au public les objectifs de ce festival rendu à sa troisième édition à savoir: détecter, promouvoir et accompagner les cinéastes amateurs de la région du Sud-ouest. Il saisissait aussi l’occasion pour demander à ceux-ci de créer d’autres occasions de rencontres au lieu d’attendre l’unique occasion du FFF qui malheureusement n’offre pas des solutions durables.

Anthony Kamwa qui s’est exprimé juste après a présenté un tableau décrivant le triste quotidien des acteurs du cinéma dans la région du Sud-ouest en particulier et du Cameroun en général. Le manque de structure, le manque d’occasion d’expression et la pauvre qualité des formations ont été identifiés par celui-ci comme étant les problèmes du 7e art dans cette partie du pays. Laissant échapper un « it’s not easy » révélateur, il a fini par conclure qu’impossible n’est pas camerounais. C’est certainement pour cette raison que le représentant du délégué à exhorté les différents participant à continuer de travailler malgré les difficultés pour rendre le cinéma du Fako compétitif. Un représentant du directeur du Cameroun GCE Board (office du baccalauréat version anglophone) a aussi passé le message de ce dernier selon lequel il serait favorable à l’intégration de cours de cinématographie dans le sous-système éducatif anglophone.

Basseck Ba Khobio étant absent pour le premier jour, un atelier de formation sur l’écriture de scénarii et le jeu d’acteur a été proposé au public au lieu de celui portant sur la réalisation qui devait être animé par celui-ci. Le comité d’organisation à aussi dévoilé la short-list des films sélectionnés pour la compétition. On retrouve dans cette liste : « the forsaken » et « idle parch » de Priscott Achea, « ignorance » de Mofor Clementine, « majority » de Nyama Florence, « watch out » de Jude ebile, « board samuel » de Solomon Attah, « crisis » de Samuel Ako et enfin « ndutu » de F. Ngongwikwo.

Image d’illustration
À LA UNE
Retour en haut