Opinions › Tribune

Cameroun: Denis Lavagne crée un faux problème de capitanat chez les Lions

Au moment où les tensions entre Eto’o et Song Bahanag restent très vives, le retour en sélection de l’attaquant d’Anzhi s’annonce plein d’incertitude

Un pari pour commencer. Qui portera le brassard lors du prochain match des Lions indomptables face au Cap-Vert dans un mois ? Ceux qui regardent le foot d’un il distrait pourront se demander si la question mérite d’être posée alors que trois joueurs ont été désignés par le passé pour porter le précieux foulard, objet de tant de convoitises. C’est que justement au Cameroun, on persiste à faire les choses de façon particulière, un peu du genre «on va inventer la roue».

Ce nouveau rodéo a commencé le 20 juin dernier avec une lettre du sélectionneur au président de la Fecafoot à qui il ne demandait rien moins que «la désignation du capitaine et des vices-capitaines de l’équipe nationale du Cameroun» ! Ce qui laisse augurer de ce que le capitaine et ses adjoints actuels ne sont plus les bienvenus ou à tout le moins ne sont plus crédibles aux yeux de M. Lavagne. Une entreprise qui en dit long sur les préoccupations du sélectionneur à l’heure de réfléchir à la meilleure recette devant nous permettre de nous qualifier pour les deux compétitions majeures dans lesquelles nous sommes engagés (Can 2013 et Mondial 2014) et pour lesquelles si nous demeurons en bonne voie, nous sommes loin d’avoir fait l’essentiel.

Mais pourquoi diable Denis Lavagne tient tant à avoir de nouveaux capitaines ? Il nous apparaît que plus que Nicolas Nkoulou et Enoh Tarkang, c’est Samuel Eto’o qui est dans le viseur non seulement du patron technique, mais aussi du patron administratif qui n’en veulent plus au sein de la sélection. Car ils savent bien qu’après sa suspension, le pensionnaire d’Anzhi Makachkala reprendra son poste et son bien. Pour leur malheur visiblement ainsi que celui d’un certain. Song Bahanag, ci-devant ancien propriétaire du «garrot» comme on dit au quartier. Ce dernier en effet n’a jamais avalé la pilule du choix de son successeur alors qu’il était encore en activité comme l’attestent de nombreux témoignages de pensionnaires de la tanière. Dans cette affaire, n’oublions pas que le désormais manager général essaye d’effacer le véritable patron technique au fil des matches, profitant de son aura et de l’inexpérience de celui-ci pour ouvrir des brèches et grignoter sur le pouvoir de M. Lavagne.

Afin de ne pas voir notre sélection terminer dans la mélasse, nous appelons de tous nos v ux une paix des braves et une réconciliation, quoi qu’elle puisse en coûter aux différents protagonistes, qu’ils soient à l’ uvre dans l’ombre ou à visage découvert. Pour cela, il faut un nouveau Mbarga Mboa, celui qui permit à Eto’o et au journaliste Philippe Boney de régler à l’amiable la conjoncture malheureuse qui suivit un coup de tête du premier nommé au 2è au cours d’une conférence de presse à Yaoundé. Cela nous semble impératif. Et nous pensons à des figures comme le Directeur technique national Jean Manga Onguéné ou au brasseur André Siaka qui ont tous deux l’avantage d’avoir chacun à sa manière, contribué à l’épanouissement des deux protagonistes. De plus, ils ont une autorité auprès des deux acteurs qui leur permet de ne pas avancer masqués dans cette négociation dont l’ouverture imminente sera salutaire pour le football camerounais.

Pour terminer, peut-être faille-t-il rappeler que depuis la création du label Lions indomptables voici 40 ans, jamais problème de capitanat ne se posa en ces termes actuels. Car la discipline de groupe et l’esprit d’équipe sont restés longtemps des principes cardinaux qui encadrent la vie d’une communauté tournée vers le même objectif et les mêmes buts. Il faut également ajouter que jusqu’ici, rares ont été les leaders techniques qui se sont encombrés du fameux foulard, objet de tant de convoitises actuellement, mis à part un certain Théophile Abega et un ou deux autres. Que l’on se souvienne que des noms comme Jean-Pierre Tokoto, Grégoire Mbida, Marc-Vivien Foé, Patrick Mboma et surtout Roger Milla ont connu de longues carrières chez les Lions sans porter le brassard quand les Emmanuel Kundé, Emile Mbouh, Stephen Tataw ou Song Bahanag en étaient les capitaines attitrés et respectés. Les leaders techniques, magiciens de la balle s’il en fût, étaient tout aussi respectés. Peut-être que Samuel Eto’o devrait y réfléchir par deux fois à son retour en sélection. Mais d’ici là que les autorités en charge des Lions prennent leurs responsabilité et éteignent cet incendie aux conséquences incalculables sur la sélection elle-même et sur le pays.

Eto’o fils restera t-il capitaine des Lions?

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé