› Politique

Cameroun : dénoncée par les autorités, Médecin sans frontière se retire du Sud-Ouest

MSF suspend ses activités dans le Sud-Ouest Cameroun
Médecin sans frontière sur le terrain

Dans un communiqué en date du 29 mars 2022, Médecin sans frontière (MSF) annonce la suspension de ses activités dans la région  du Sud-Ouest en raison des crises persistantes avec le régime de Yaoundé.

La détérioration de la qualité des relations entre l’organisation humanitaire internationale et les autorités gouvernementales dans la région du Sud-Ouest débouche sur le retrait de MSF.

En effet, «malgré nos efforts à apporter de l’aide aux personnes et communautés nécessiteuses, le climat actuel ne permet pas à MSF de continuer à œuvrer dans cette région. Ceci dit, MSF est contrainte de suspendre toutes ses activités à compter de ce 29 mars 2022 dans toutes les structures privées et gouvernementales dans le Sud-Ouest», peut-on lire dans un communiqué de l’organisation non gouvernemental en date du 29 mars 2022.

L’organisation humanitaire fait savoir que sa capacité à « fonctionner en toute liberté a été freinée par le climat tendu qui règne entre l’ONG et les autorités qui l’accusent de complicité avec des groupes séparatistes dans le Sud-Ouest», déclare MSF dans le même document.

 C’est que, en décembre 2021, le ministère de la Défense (Mindef) a annoncé que Médecin sans frontière entretenait « des relations étroites avec des terroristes » dans la région du Sud-Ouest. Cette accusation se fondait sur un constat fait par les autorités. Selon elles, sans toutefois les prévenir, MSF a pris en charge dans son ambulance un membre des forces sécessionnistes anglophones blessé et recherché par l’Armée régulière.

A en croire le Mindef, l’individu dénommé « général Moving Star » possédait « une fausse fiche d’évacuation, montée de toutes pièces, avec la couverture des responsables locaux de MSF ».

En réponse à ces accusations, l’organisation humanitaire a indiqué que son centre d’urgence a reçu un appel signalant une personne blessée dans la zone de Tinto. Cette situation nécessitait une assistance médicale en urgence, selon les propos tenus par MSF. C’est ainsi que son ambulance a pris le blessé et l’a emmené à Mutengene. Là, il a subi une intervention chirurgicale. Mais avant d’entamer cette démarche, l’organisation affirme avoir informé les forces armées locales.

La suspension des activités de MSF dans le Sud-Ouest n’est que la continuité des tensions qui l’opposent aux autorités du pays depuis 2020. Elle arrive moins d’un an après son retrait de la région du Nord-Ouest pour les raisons similaires.

Mardi 03 août 2021, l’organisation humanitaire française basée à Genève en Suisse a annoncé dans un communiqué, son retrait forcé de la région du Nord-Ouest Cameroun où elle est présente depuis 2018. Cette décision intervenait après huit mois de suspension de ses activités par les autorités camerounaises. Ces dernières l’accusaient de soutenir les sécessionnistes, chose que l’ONG ne reconnait pas. A cause de la persistance des querelles, MSF a décidé de se retirer de la première région en crise, depuis 2016, puis de la seconde.

Au moment de son retrait du Nord-Ouest, l’organisation humanitaire aurait dévoilé le bilan de ses activités dans la région. Ses équipes ont soigné 180 survivantes de violences sexuelles, assuré 1 725 consultations de santé mentale, effectué 3 272 interventions chirurgicales et transporté 4 407 patients en ambulance, dont plus d’un millier étaient des femmes sur le point d’accoucher, informe le journal en ligne La Croix.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé