› Eco et Business

Cameroun: Des ajustements sur le budget 2010

L’ordonnance de révision du budget signé du président Paul Biya annonce un rectificatif du budget de près de 50 milliards de FCFA

Un ajustement effectif de près de 50 milliards de FCFA
L’état camerounais a décidé de procéder à un ajustement du budget 2010, de l’ordre de 49 milliards, 200 millions de francs CFA. L’information a été rendue publique par le ministre Lazare Essimi Menye de l’Economie et des Finances. Je voulais vous informer de la situation du budget de l’état et principalement de la décision prise par le président de la République par voie d’ordonnance, de rajuster le budget 2010 de près de 50 milliards de FCFA, a indiqué le ministre camerounais. Ces ajustements participent, a-t-il indiqué de la volonté du chef de l’Etat de renforcer les mesures d’une gestion rigoureuse des dépenses publiques. Selon le ministre, cet ajustement qui n’est pas substantiel ne devrait pas générer des inquiétudes. Le salaire des fonctionnaires continuera d’être payé, les fonctionnaires n’ont aucune inquiétudes à se faire a dit Lazare Essimi Menye. Les ajustements sur le plan des recettes concernent particulièrement la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui connaitra une baisse de 33 milliards cette année. Les remboursements des avances consenties par l’Etat seront réduits de 98 milliards et les dons exceptionnels de la coopération internationale connaitront une baisse de 21 milliards. Aussi ajusté, les droits de tirages sur les emprunts multilatéraux qui sont augmentés de 102 milliards de FCFA portant à plus de 206 milliards cette part dans le budget. Cette augmentation de la part des emprunts multilatéraux a pour principal effet d’amortir un déficit qui devait se situer normalement à plus de 150 milliards de FCFA.

Une situation pas alarmante, mais préoccupante
Le ministre a tenu à indiquer que la situation n’était pas alarmante et qu’elle relevait plus d’une mesure de prudence. Les dirigeants camerounais par cette mesure confirment les craintes de certaines analyses économiques qui prédisaient un essoufflement de la machine avant la fin de l’année. Selon ces analyses contrairement à l’optimisme affiché par le premier ministre, le gouvernement camerounais avait fait le mauvais choix de continuer en 2010, avec une politique économique inadaptée aux contraintes du moment. Beaucoup d’entre eux s’étaient attendus à ce que le budget 2010 soit basé sur une réelle prudence. Au contraire, les dépenses courantes avaient été revues à la hausse. Sur la base des répartitions énoncées par le Premier ministre, près de 60% du budget ira au fonctionnement, environ 26% pour les investissements, et 14% pour le service de la dette. Des chiffres qui avaient amené des experts à s’interroger sur les choix économiques du Cameroun. Le gouvernement reconnaît aujourd’hui sans l’admettre, qu’il n’avait pas fait preuve de prudence. Le ministre des finances a tenu à rassurer que les objectifs du budget 2010 seraient tenus. Mais en réalité cela ne semble pas évident. Sur l’ensemble, on constate que près de 140 milliards de FCFA de budgets d’investissement sont concernés par cette mesure. Le ministre des Finances a indiqué que c’était juste une somme de processus de réaffectation. Mais en réalité cela voudrait dire que près de 140 milliards FCFA de projets ne seront pas exécutés et d’autres le seront à leur place affirme un analyste qui indique que cela reviendra au même.

Le ministre Lazare Essimi Menye de l’économie et des finances
www.africapresse.com)/n

Une nouvelle qui tombe très mal
Cet ajustement, a indiqué le ministre des Finances est la conséquence d’une baisse de performance de la production dans l’économie camerounaise. Nous produisons moins et nous consommons plus, forcément il y a des pertes au niveau des recettes a dit M. Essimi Menye. Le responsable camerounais s’est refusé à adhérer à l’hypothèse selon laquelle les dépenses additionnelles comme celles liés aux cinquantenaires et au comice agro pastoral puissent être une cause. Hasard des chiffres, l’ensemble des dépenses des deux évènements à serait au-dessus des 50 milliards d’ajustement. La situation semble dont grave pour le cameroun, malgré les propos rassurant du ministre Essimi Menye. Les effets réels d’une telle mesure ne se sentiront pas maintenant. Le ministre sans vraiment le dire a tenu à faire comprendre que cette situation n’était pas le fait d’une seule personne. Il a pris au détour d’une question, l’exemple de la CBC Bank, qui à ses yeux est un exemple de manque de responsabilité de certains Camerounais. Malgré un soutien massif de l’Etat, les promoteurs de cet établissement ont par exemple mené jusqu’ici une gestion spéciale de leur structure, vous imaginez un peu cette situation où des citoyens paient des impôts et d’autres en profitent a fait savoir Essimi Menye. Il a invité tous les Camerounais à réfléchir chacun à son niveau pour améliorer la situation. La nouvelle tombe très mal, à un moment où le Cameroun voudrait se lancer dans l’emprunt obligataire le plus important jamais effectué dans la zone franc CFA. Bien que le ministre invite à l’assurance, l’ajustement du budget 2010 n’en demeure pas moins une préoccupation pour les analystes. Les causes à cette situation, citées par M. Essimi Menye, ne trouveront pas des solutions d’ici 2011. A moins de voter un budget plus réaliste, le Cameroun risque à nouveau de se retrouver dans un nouveau cycle d’endettement préjudiciable pour son économie, une situation qui était prévisibles dès le départ.


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut