International › APA

Cameroun : des banques réclament 336 milliards FCFA à la Sonara

Un pool de 10 établissements bancaires du Cameroun a adressé une demande de paiement de plus de 336,7 milliards FCFA de dettes à la Société nationale de raffinage (Sonara), actuellement sous le coup d’une «déclaration de force majeure» consécutive à un grave incendie survenu le 31 mai dernier, a appris APA mercredi de source sûre.L’encours y relatif se décompose de quelque 78,1 milliards FCFA de créances échues, et de plus de 258,6 milliards FCFA à échoir auxquelles l’entreprise, détenue à 96% par l’État et 4% par le français Total Outre-Mer, était invitée à s’acquitter au plus tard en fin juillet 2019.

Dans le même temps, les créanciers de la Sonara souhaitent connaître les mesures d’apurement prises, un plan de continuité de ses activités à la suite du sinistre ainsi que des projections de trésorerie, en rapport avec ses importations de produits pétroliers pour l’approvisionnement du marché local.

Il convient de signaler qu’en dehors des fonds que réclament les banques, l’entreprise doit également faire face aux dettes vis-à-vis des marketeurs et des sous-traitants, évaluées pour leur part à environ 310 milliards FCFA.

Bien avant le sinistre du 31 mai ayant détruit une bonne partie de l’unité de la raffinerie, située dans la localité de Limbe (Sud-Ouest) et à environ 350 kilomètres de la capitale, Yaoundé, la situation de la Sonara préoccupait déjà les services du Fonds monétaire international (FMI) qui, dans leur rapport d’octobre 2018 l’indexaient comme étant «la principale responsable des risques émanant des entreprises publiques», mais également «la principale source de risque pour le système bancaire».

À l’époque, l’entreprise totalisait déjà 65% des dépôts des entreprises publiques et 62% des crédits, 87,9% de sa dette étant d’échéance inférieure à un an. En 2013, elle cumulait déjà des arriérés de paiement de 53%, période pendant laquelle elle ses pertes représentaient 57% dans le portefeuille de l’État.

«La Sonara reste ainsi la principale responsable du risque direct pesant sur le système bancaire émanant des entreprises publiques, en termes de grande exposition et de risques de liquidité et de crédit. Parmi les 6 banques qui ont une exposition nette positive à la Sonara, l’une a des fonds propres négatifs, trois ne rempliront pas l’exigence minimum de fonds propres en cas de défaut de la Sonara et deux banques perdront respectivement 85 et 50% de leurs fonds propres excédentaires respectifs», alertait alors le FMI.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé