Société › Société

Cameroun: des détenus de la crise anglophones retrouvent la liberté

La justice militaire a prononcé vendredi l’arrêt des poursuites contre une centaine de personnes inculpées en lien avec la crise anglophone.

Le bal des libérations s’est ouvert à Yaoundé où le Tribunal militaire a ouvert une audience spéciale afin de pouvoir exécuter l’ordre présidentiel en prononçant l’arrêt des poursuites contre une centaine de personnes. Notamment, une dizaine d’activistes anglophones arrêtés à Taraba au Nigeria et gardés depuis le début de l’année au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed).

Le Tribunal militaire de Douala a suivi le mouvement en signant l’acte qui permettra de libérer près de 14 personnes dans les prochaines heures.

Ils sont au total 289 détenus qui devront retrouver la liberté suivant des indications- quelque peu modifiées – fournies jeudi par le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo. A savoir, 16 personnes à la prison centrale de Bafoussam, 49 à la prison centrale de Bamenda, 99 à la prison centrale de Buea, 14 à la prison centrale de Douala, 85 à la prison centrale de Yaoundé, 33 dans les locaux de la Gendarmerie nationale et deux à la police judiciaire. D’autres audiences suivront dans les prochains jours.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut