Société › Société

Cameroun: Des édifices publics bientôt démolis à Yaoundé

C’est la quintessence du communiqué signé par le Délégué du Gouvernement en poste à Yaoundé

La ville de Yaoundé a un plan d’urbanisation qu’il faudrait respecter. Malheureusement des constructions se poursuivent encore de manière anarchique ici et là constate en le déplorant, Gilbert Tsimi Evouna, le Délégué du gouvernement au près de la Communauté Urbaine de Yaoundé. Depuis quelques temps, la communauté a entrepris des travaux d’embellissement de la capitale, siège des institutions de la République. Des espaces verts comme le Bois sainte Anasthasie au lieu dit « carrefour warda », ont été aménagés, au centre ville et même dans certains quartiers périphériques, l’éclairage public est visible la nuit, les feux de signalisation qui avaient disparu dans certains grands carrefours comme olezoa, sont de retour et limitent le nombre d’accident de circulation et autres embouteillages. Des ponts et quelques voies ont été réhabilités, des trottoirs envahis par certains commerçant ont été libérés, permettant ainsi une meilleure circulation des véhicules et des piétons. Dans les quartiers comme Ntaba, Briqueterie, Djoungolo, les engins de la Communauté Urbaine ont démoli des habitations précaires, les routes ont été agrandies. C’est le cas de l’axe Emana- Etoundi, (le quartier où se trouve le Palais présidentiel). La capitale Camerounaise avait donc commencé à reprendre peu à peu son visage d’antan, qui a longtemps fait de Yaoundé l’une des plus belles cités d’Afrique.

Malheureusement, des particuliers, surtout des responsables de certains départements ministériels engagent des travaux de construction des édifices au mépris de la règlementation en vigueur. Selon les services de la Communauté Urbaine de Yaoundé, la plupart de ces constructions ne sont pas toujours adaptées à leurs zones de construction. Le Délégué du gouvernement Gilbert Tsimi Evouna qui vient d’ailleurs d’être reconduit à ce poste par le Chef de l’Etat, estime en outre que certaines administrations engagent même des travaux de construction des clôtures sans respecter le modèle adopté par la Communauté urbaine de Yaoundé. On assiste ainsi à une véritable anarchie, que la communauté la CUY s’engage à combattre à tout prix. Le « super maire » de Yaoundé demande aujourd’hui à tous ceux qui ont entrepris ces travaux, comme ce ministère qui entreprend depuis quelques temps les travaux de construction de sa délégation régionale au centre de la ville.

Pour être en conformité avec la loi, il faudrait constituer un dossier comprenant une demande timbrée, dont le formulaire est délivré par les services de la Communauté Urbaine de Yaoundé, un timbre fiscal et deux timbres communaux, le certificat de propriété délivre par le service régional des domaines ou tout autre justificatif de propriété.
Gilbert Tsimi Evouna, Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé

Le Délégué du Gouvernement, conditionne le démarrage de tous ces travaux par l’obtention préalable d’un permis de bâtir. Pour être en conformité avec la loi, il faudrait constituer un dossier comprenant une demande timbrée, dont le formulaire est délivré par les services de la Communauté Urbaine de Yaoundé, un timbre fiscal et deux timbres communaux, le certificat de propriété délivré par le service régional des domaines ou tout autre justificatif de propriété, le certificat d’urbanisme délivré par le service régional de l’urbanisme, le plan de situation et de masse, le devis descriptif, le devis estimatif le plan de fosse septique ,les puisards etc. Le dossier devrait être fait en 4 ou 5 exemplaires. Voilà ce que demande Gilbert Tsimi Evouna à tous ceux qui veulent mener des travaux de construction dans la ville de Yaoundé. Une ville qui se modernise de plus en plus.

Yaoundé
www.souvenirducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut