Société › Société

Cameroun: Des grands chantiers pour 2009

Le Chef de l’état attend les premiers résultats dans six mois

C’est Jean Robert Mengue Meka, le secrétaire général du ministère des Travaux Publics qui annonçait déjà la réalisation d’un certain nombre de chantiers qui devront s’achever au cours de cette année 2009. Il s’agit du démarrage du bitumage de la route Obala-Batchenga-Nkolessong, mais aussi , du renforcement des berges de la Bénoué, des travaux d’aménagement de la route N’Gaoundéré-Garoua, le bitumage de la route Bamenda-Mamfé-Ekok, le bitumage de l’axe Mva’a-Konabang, la réfection du pont sur la Mezam au lieux dit  » Ring road « , le bitumage de la Ring road en ce qui concerne le tronçon Ndop-Babessi, la construction de la route Garoua Boulaï-N’Gaoundéré, lot Nandeké-Mbéré, la construction du pont sur la rivière Makombè à Madip, le renforcement de la route Melong-Santchou.

A cela s’ajoutent la construction de l’axe Zoetele-Nkolyop ainsi que la réhabilitation des axes devant mener aux sites de Nachtigal et Lom Pangar. Les travaux de réhabilitation du pont sur le Wouri font aussi parti des grands chantiers de l’année car le pont sur le Wouri est une voie incontournable pour les échanges entre les parties anglophone et Francophone du Cameroun. L’axe lourd Yaoundé-Kribi fait également partie de ces grands chantiers. Ici, selon les responsables du Ministère des Travaux Publics, les travaux avancent sereinement. La construction de l’axe Ayos-Abong-Mbang lancée en 2005 par le chef du gouvernement traine encore mais devrait connaître une accélération dans l’exécution des travaux.

Pour Bernard Messengue Avom, le ministre des Travaux publics, des réformes sont prévues au sein de son département ministériel : Le passage de l’Ecole nationale supérieure des travaux publics à un cycle de cinq ans sans suppressions du cycle des ingénieurs des travaux, la mise sur pied d’un statut pour le corps enseignant et d’une refonte des programmes à l’école des Travaux Publics. En ce qui concerne la Matgénie, le ministre des Travaux publics annonce sa réhabilitation. Sous l’impulsion du Président de la république, le Cameroun a initié un certain nombre des projets intégrateurs de développement dans les secteurs minier, hydroélectrique, agro-alimentaire, qu’industriel. Pour le secteur des routes, des efforts restent encore à faire surtout que le Cameroun a un réseau routier de près de 50 000 kilomètres. Malheureusement seuls 10% sont bitumés. Même si des goulots d’étranglement se font ressentir au niveau de certains chantiers tels qu’Ayos-Abong-Mbang-Bonis, on peut aussi louer l’ uvre de Ngaoundéré-Touboro-Moundou, ou la route Melong-Dschang.les travaux de bitumage de la route qui relie Kumba à l’axe Douala-Limbe, permettra aux populations riveraines d’accentuer leur développement.

Par ailleurs, le corridor Bamenda-Mamfe-Ekok-Inubu, tout comme l’axe Kumba- Mamfé peuvent aussi être de réels motifs de satisfaction pour les populations. Le lancement des travaux de bitumage de l’axe Garoua-Boulaï-Meiganga-Ngaoundéré s’inscrit également dans cette mouvance de développement du pays. Il faudrait aussi y inclure les travaux d’aménagement et de développement de la Péninsule de Bakassi. Dans les villes comme Yaoundé et Douala, les Communautés urbaines se sont lancées dans de vastes chantiers qui visent également à terme le développement des cités du Pays. Mais pour mener à bien tous ces travaux, les principaux responsables des ces ouvrages devraient pouvoir mieux gérer les ressources mobilisées à cet effet, éviter l’inertie et le laxisme qui empêchent la livraison des travaux dans les délais impartis. Car le chef de l’état, au lendemain du remaniement gouvernemental, a certainement sonné la fin de la récréation.


journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut