Société › Faits divers

Cameroun: Des malfrats cambriolent quatre presbytères d’Eglises catholiques

Les curés et prêtres sont depuis quelques temps la cible d’une série de braquages à main armée.

C’est à peine si les curés et leurs prêtres parviennent encore à fermer l’ il de la nuit. Depuis quelques temps des malfrats jusqu’ici inconnus sèment la terreur dans les presbytères, emportant de fortes sommes d’argent et autres objets précieux. Derniers cas en date, Souza, Foumbot, Semto et Melong.

Le film-drame de Souza
C’est une localité située dans le département du Moungo, région du littoral, à trente kilomètres de Douala. Ici, les populations sont comme traumatisées, depuis le passage il y a quelques jours de malfrats dans leur paroisse, la paroisse Christ-roi de Souza. C’était le mercredi 23 juin 2010. Aux environs de 19 heures 40 minutes, des hommes armés, environ six selon les victimes font irruption au presbytère situé non loin de la route principale qui mène à Douala. C’est par le bureau du prêtre stagiaire l’abbé Yves Merlin Seutche qu’ils démarrent l’opération. Ce dernier est sommé, fusil contre face, de se diriger vers sa chambre et de donner tout ce qu’il a comme argent. Pendant ce temps d’autres hommes font le même travail dans la chambre du curé de la paroisse, l’abbé Gabriel, lequel devait se rendre en Europe le lendemain jeudi pour des vacances.
Le voyage se poursuivra en rêve, puisque lui ont été dérobés son passeport, billet d’avion, travellers chèque, et de l’argent avoisinant les deux millions de Fcfa etc raconte t-il. Dans cette somme été comprise celle avec laquelle il s’était rendu à la quincaillerie à Douala pour acheter les carreaux devant servir à achever les travaux de réfection de la paroisse. Et comme s’ils avaient suivi tous mes mouvements de la journée, ils m’ont demandé de leur donner tout l’argent que j’ai pris en banque, et avec lequel je devais acheter les matériaux ainsi que tous mes papiers du voyage relate le curé qui dit avoir eu à faire à des gens envoyé pour empêcher son voyage. Un avis que partagent d’ailleurs tous les visiteurs présents ce soir au presbytère.

Une somme d’environ 900 000 Fcfa, personnel et pour la paroisse, a été emportée dans la chambre du prêtre stagiaire, ainsi que des ordinateurs portables, appareils photos numériques aux dires de l’homme d’église. Ils avaient d’entrée de jeu pris le soin de confisquer tous les téléphones portables de la maison. L’opération terminée, ils nous ont enfermés, le curé, moi-même et les visiteurs à la cuisine avant de partir raconte le stagiaire, qui se satisfait d’être sorti sain et sauf de ce scénario hollywoodien, pareil pour les autres victimes.

L’on apprendra quelques jours plus tard qu’une scène similaire s’est produite au presbytère de Semto à l’Ouest du pays où les malfrats ont également emporté le véhicule de la paroisse. Véhicule qui sera retrouvé à Foumbot. A noter que le même coup a été réalisé à Foumbot, ainsi que dans la paroisse de Melong. Une situation qui soulève au grand jour le problème d’insécurité dans les paroisses, lorsqu’on sait que la plus part d’entres elles ne sont pas gardées, et de ce fait sont à la merci de personnes pour qui les prêtres et autres hommes et femmes d’église ne manquent de rien.

Pour le cas de Souza, l’abbé Yves Merlin fera savoir aux fidèles stupéfaits qu’une enquête a été ouverte et nous prions pour qu’elle aboutisse. Sur place à Souza, les commentaires vont bon train et pour la majorité il ne faut pas chercher loin, le commanditaire est tout près.

Les espaces de prières, cibles des bandits au Cameroun
ongola.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé