Politique › Sécurité

Cameroun : des militaires en renfort à la frontière avec la République centrafricaine

Des soldats de l'armée camerounaise. ©Droits réservés

Depuis la dégradation sociopolitique et sécuritaire en RCA, ces derniers jours, les autorités camerounaises sont en veille permanente. Plusieurs localités de l’ouest de ce pays ont été attaquées par des membres de divers groupes armés, selon l’ONU.

A deux jours de l’élection présidentielle et des législatives, la situation sécuritaire s’est fortement dégradée en Centrafrique. Les dégâts collatéraux ont un impact au Cameroun. Dans la ville de Garoua Boulai, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, HCR et la Croix rouge, ont aussi déployé plus de personnel et de ressources pour accueillir les populations qui fuient la résurgence des affrontements entre groupes armés et forces régulières en Centrafrique depuis vendredi dernier. Hier, 22 décembre 2020,  les rebelles ont lancé une attaque sur la route nationale N01 qui relie la capitale Bangui au Cameroun.

« Un camion de marchandises, escorté par la MINUSCA venant du Cameroun, a été contraint de rebrousser chemin » a constaté un reporter de Rfi. Ce mercredi matin, une rumeur, annonçant l’entrée des rebelles à Bangui a causé une panique générale. « L’ambassade des États-Unis à Bangui a reçu des informations faisant état de violences et de panique générale à Bangui, en particulier dans le quartier PK12, ainsi que d’une instabilité persistante dans les provinces. L’ambassade des États-Unis a émis un avis de mise à l’abri immédiat pour tous les employés ».

Depuis la dégradation sociopolitique et sécuritaire en RCA, ces derniers jours, les autorités camerounaises sont en veille permanente. C’est dans ce contexte que le gouverneur de la région de l’Est, Grégoire Mvongo a présidé dimanche dernier, dans la ville de Garoua Boulai, frontalière avec la RCA, une réunion de sécurité.

Il était notamment accompagné pour la circonstance des responsables de la sécurité, dont le général de brigade Joseph Nouma, commandant de la 12ème d’infanterie motorisée. Pour les autorités camerounaise, il y a une urgence, au regard de la situation sécuritaire qui ce ne cesse de se dégrader en RCA.

Surtout qu’il y a quelques jours, les autorités de la République centrafricaine ont informé celles du  Cameroun qu’un groupe armé dénommé Mouvement de Libération du Cameroun (MLC), basé à la frontière projette renverser le régime de Paul Biya. Si bien que dans une correspondance du ministre des Relations extérieures (Minrex) envoyée le 3 décembre dernier au patron de la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE),  de mener des enquêtes sur ce groupe dont l’objectif serait de « commettre des exactions sur les populations camerounaises et de combattre le régime de Yaoundé ».


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé