› Eco et Business

Cameroun: Des pertes énormes à Douala à cause du nuage de cendres

Difficile d’évaluer les pertes au fret de l’aéroport de Douala, mais les taximen et commerçants aux alentours de l’aéroport déplorent des pertes importantes

Les cinq jours de suspension du trafic aérien en direction de l’Europe du 15 avril 2010 jusqu’à ce mardi, 19 avril au Cameroun, ont causé des pertes financières importantes. A l’aéroport international de Douala ce mercredi, 20 avril, difficile d’avoir les précisions sur le montant global des pertes enregistrées au niveau du fret de l’aéroport. La direction des Aéroports du Cameroun, ADC, que nous avons rencontré, déclare que l’état financier a déjà été acheminé au bureau central à Yaoundé. Or, l’assistante de direction que nous avons joint au téléphone et qui a préféré garder l’anonymat indique qu’elle attend toujours ledit rapport.

Silence du côté des ADC pour le moment, mais les personnes exerçant des activités connexes à l’aéroport international de Douala avouent clairement avoir subi d’importants dommages financiers au cours de la période de suspension des. Quand il n’y a pas vol, il n’y a pas de bagages à porter. Cette situation nous a vraiment causé des pertes. Par jour, on pouvait avoir au moins 3 000F CFA de recettes, mais depuis la semaine dernière, on n’arrive même plus à manger et à nourrir nos familles, déclare le nommé «Pasto», porteur de bagages à l’aéroport. Je pouvais rentrer chez moi avec au moins 2 500F CFA par jour, mais avec la suspension des vols, il a été très difficile de survivre, renchérit Jacques Nyetam, également porteur. Pendant les moments difficiles, nous avons à notre niveau une caisse noire et c’est elle qui nous a permis de venir en aide à quelqu’un lorsqu’il était dans le besoin, poursuit-il.

Même scénario du côté des chauffeurs de taxi accrédités à l’aéroport international de Douala. La suspension a beaucoup perturbé nos activités. Il était difficile de rentrer avec 500F CFA, et très difficile aussi d’avoir un client qui prenne le taxi en course pour 5 000F CFA, nous apprend un chauffeur rencontré sur place. De même, les commerçants ayant leurs boutiques dans le hall de l’aéroport ont vu leur chiffre d’affaires baissé. Je ne peux pas vous dire exactement à combien je chiffre les pertes financières, il faudrait que j’évalue la situation, mais sachez que nous avons été très affectés, confie Henry Eboumbou, tenancier d’une boutique de vente de livres et des journaux à l’aéroport.

La reprise totale attendue
Depuis mardi soir, jour de la reprise du trafic aérien en direction d’Europe, le sourire est légèrement revenu sur les lèvres des uns et des autres à l’aéroport. Désormais, taximen, porteurs, commerçants et autre agents de change disent croiser les doigts pour que en plus de Air France, les compagnies aériennes reprennent entièrement leurs activités avec l’Europe.

La devanture de l’aéroport de Douala
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé