Sport › Football

Cameroun : des stades neufs, mais une fédération en piteux état

Si le pays de Paul Biya a fait d’énormes progrès en matière d’infrastructures sportives, le siège de la Fécafoot où se conçoit l’organisation des compétitions et la politique de développement du football reste quant à lui une vilaine bâtisse.

Sur le long axe qui va de l’Ecole de police à la sous-préfecture de Tsinga à Yaoundé, un bâtiment à deux étages, sans attrait physique, mais à la réputation d’une maison à sous. Il sert de siège depuis plus de vingt ans à la Fédération camerounaise de football.

L’immeuble subit les effets du temps. Le carrelage mural a sauté par endroits, laissant  apercevoir les parpaings qui ont servi à sa construction. En interne, des bureaux exigus où s’entassent plusieurs employés. Parfois, six haut-cadres, notamment au Département des compétitions,  peuvent partager un espace non climatisé, de 16 m2. Si chaque étage comporte des toilettes, l’eau y est cependant rare. Le manque de maintenance de la vieille tuyauterie conduit  le personnel à une gymnastique particulière. Ils doivent alors chercher de l’eau à l’extérieur pour faciliter leurs besoins.

L’étroitesse et l’insalubrité du Département de la logistique ont conduit les dirigeants successifs à affecter certains équipements au quartier Bastos, dans les locaux d’un certain Raphael Abega Minkala, ancien président de la Commission marketing.  Lors des réunions techniques des matchs internationaux, des officiels étrangers sont souvent surpris par le fait que cet immeuble moche tient lieu de siège d’une fédération ayant déjà participé à sept phases finales de Coupe du monde.

Lors du CHAN et de la CAN, ce sera sans doute autour de la presse internationale de découvrir l’incongruité. Elle qui, à l’occasion de tels événements, réalise de nombreux reportages  sur le pays organisateur, à partir du siège de sa fédération. Et qui sait que de nombreuses fédérations africaines  ont bénéficié des projets « goal FIFA », qui leur ont permis des sièges convenables (Algérie, Côte d’ivoire, Niger etc.)

La Fécafoot a lancé la construction de son siège en 2013. Sept ans plus tard, les travaux sont loin de s’achever. Les exécutifs  qui se sont succédés à la tête de la fédération ont pourtant tous affichés en début de mandat, une volonté de les conduire jusqu’au bout. Lors de la  réunion du Comité exécutif  tenue en janvier dernier, aucune résolution n’évoque le  sujet. Alors que le CHAN et la CAN  arrivent à grands pas.

Siège de la Fécafoot en chantier

Heureusement, le Cameroun a les stades comme éléments de rayonnement de son image durant ces compétitions.  35 stades et terrains d’entrainement ont été soient construits ou réhabilités. Les équipes qualifiées vont se déployer sur des arènes flambantes neuves.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé