Société › Société

Cameroun: Deux concours pour les médias Africains

L’annonce a été faite par le Ministère de la Communication

Le Ministre camerounais en charge de la Communication, Jean Pierre Biyiti Bi Essam, vient de signer un communiqué annonçant l’organisation de deux concours internationaux de production radiophonique et de production audiovisuelle à Ouagadougou au Burkina Faso. Ces Concours sont organisés par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale du Burkina Faso. Ilo faut dire que le premier concours est ouvert aux radios africaines publiques ou privées et aux professionnels de ces médias. Le deuxième concours est quant à lui réserver aux institutions, les organismes, les associations, les organisations non gouvernementales, et d’autres organisations dans les domaines de la sécurité et du travail et de la santé. Il faut dire que ces deux concours interviennent dans un contexte marqué par la tenue à Ouagadougou au Burkina Faso du le sixième Symposium sur l’audiovisuel et la prévention des risques professionnels du 22 au 25 septembre. La capitale Burkinabé sera donc pendant quelques jours le centre de l’audiovisuel africain. Un évènement qui permettra aux professionnels des médias de se retrouver pour passer au scanner les maux qui minent leur profession et de trouver de façon collégiale les mécanismes visant à revaloriser ce secteur. Selon le communiqué du Ministre de la Communication, les fiches d’inscription et les règlements intérieurs desdits concours qui sont d’ailleurs disponibles au ministère de la communication.

Les mêmes fiches peuvent aussi être retirées à la Direction de la communication publique et de la promotion de l’action gouvernementale du ministère de la Communication. Selon le même communiqué du ministre de la communication, les uvres devront parvenir au secrétariat du SYAPRO au plus tard le 31 aout 2009. Les deux concours qui viennent d’être lancés vont donc amener les professionnels des médias à mettre sur pied les stratégies nouvelles en matière d’échanges de programmes, une coopération sud-sud qui permettra la mise en uvre des séries de formations et de stages. Le symposium d’Ouagadougou sera aussi focalisé sur la prévention des risques professionnels dans l’exercice de leur métier. En Afrique en général, et au Cameroun en particulier, les professionnels des médias font face à de nombreux problèmes liés à leur métier. Dans la plupart des entreprises de presse, les employés sont confrontés aux risques d’agression pour les journalistes qui travaillent la nuit.

Des entreprises qui ne garantissent pas à leurs personnels de facilités de locomotion, des facilités dans la collecte et le traitement de l’information. Les accidents de travail sont légions dans des structures médiatiques. En couverture médiatique, les journalistes sont exposés aux agressions de toutes natures, surtout dans les enquêtes journalistiques. Dans d’autres structures africaines, les professionnels de médias sont aussi exposés aux incendies où les extincteurs sont pratiquement inconnus. Le symposium de Ouagadougou, pourra donc se présenter comme un grand forum à l’issue duquel, les professionnels africains repartiront chacun dans son pays nantis de nouvelles connaissances et expérience afin que le quotidien des hommes et femmes de l’audiovisuel Africains ne soit plus noir. La rencontre de Ouagadougou devra donc au final allier l’utile(le symposium) et l’agréable, les deux concours de production radiophonique et de production audiovisuelle.


Journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut