Société › Faits divers

Cameroun : deux trafiquants de mandrills placés en détention provisoire

Deux trafiquants de mandrills aux arrêts
Mandrill détenu

Ils ont été arrêtés et placés en détention provisoire pour détention illégale d’un mandrill qu’ils s’apprêtaient à vendre.

Pour trafic d’un mandrill, deux personnes risquent jusqu’à trois ans de prison et ou une amende de 10 millions de FCFA comme le prévoit la loi. En effet, deux trafiquants de mandrills ont été pris en possession de ce mammifère coloré, prêts à le vendre. Les agents de la délégation régionale des Eaux et Forêts du Littoral et les forces de maintien de l’ordre ont d’abord procédé à l’arrestation d’un premier suspect. Il a été interpellé en avril dernier, alors le mandrill était enchaîné à un arbre à l’entrée de sa maison.

Le deuxième présumé trafiquant a été appréhendé dans un bar à Bonaberi des semaines plus tard, après la fuite. Suite à son implication dans l’affaire, sachant qu’il était recherché, il a entrepris d’abandonner sa résidence pendant des semaines. Mais fidèle à son bar, c’est lors d’un rendez-vous avec une petite amie qu’il tombe dans les filets de la police.

Les deux présumés trafiquants attendent d’être jugés et fixés sur leur sort. Leur comparution est prévue au tribunal de première instance de Douala Bonaberi la semaine prochaine. Ils sont reprochés de détenir un mandrill, une espèce de babouin au museau rouge, comportant des sillons bleus sur la face. Vulnérable, il se trouve seulement au Cameroun, au Gabon, en Guinée équatoriale, et en République du Congo. L’espèce est menacée de disparition.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé