SociĂ©tĂ© â€ș SociĂ©tĂ©

Cameroun: Des diocÚses en rang de bataille pour faire face aux évangéliques

Foule en priÚre. ©Droits réservés

A l’Ouest du Cameroun, un Ă©vĂȘque dĂ©nonce l’action de certaines Ă©glises Ă©vangĂ©liques et souhaite rĂ©organiser son diocĂšse pour promouvoir une Ă©vangĂ©lisation de proximitĂ©

Comment l’Église catholique doit-elle s’organiser face Ă  l’expansion des Ă©vangĂ©liques? La question se pose avec acuitĂ© dans plusieurs diocĂšses d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, oĂč les Églises Ă©vangĂ©liques se multiplient. IndĂ©pendantes ou liĂ©es Ă  des Églises organisĂ©es, il s’agit le plus souvent de petites communautĂ©s regroupant quelques dizaines de personnes, mĂȘme s’il existe Ă©galement des «mega-churches» ici et lĂ .

À Bafoussam, une ville de 350 000 habitants Ă  l’ouest du Cameroun, il existe plus d’une centaine d’églises de ce type et elles ont de trĂšs nombreux fidĂšles. «Les Églises de rĂ©veil sont de vĂ©ritables vendeuses d’illusions et attirent les personnes naĂŻves : les enfants, les mamans d’un certain Ăąge et les personnes en difficulté», dĂ©plore l’évĂȘque de Bafoussam, Mgr DieudonnĂ© Watio.

«Lavage de cerveau»

Il dĂ©nonce Ă©galement la confusion entretenue par ces pasteurs avec l’Église catholique : «Les pasteurs de ces Ă©glises s’habillent comme les prĂȘtres, les Ă©vĂȘques et parfois mĂȘme comme des cardinaux». Employant des mots trĂšs durs, l’évĂȘque parle du «lavage de cerveau» que ces Ă©glises font subir aux fidĂšles. «Les fidĂšles qui ont quelques difficultĂ©s surtout sur le plan matĂ©riel se laissent facilement attirer.»

D’aprĂšs l’institution de recherche amĂ©ricain Pew Research Center, en 2010, le Cameroun comptait  38,3 % de catholiques et 31,4 % de protestants (dont une partie des fidĂšles des Églises Ă©vangĂ©liques). 18,3 % des Camerounais sont musulmans.


Pourquoi les catholiques rejoignent-ils ces Églises Ă©vangĂ©liques ? «Certains dĂ©parts s’expliquent par un manque d’encadrement adĂ©quat», rĂ©pond Mgr Watio, qui cite notamment la nĂ©cessite d’une «bonne catĂ©chĂšse», et surtout une «pastorale d’écoute attentive des personnes en difficulté».

«Mise en place d’un dĂ©veloppement solidaire»

Sur le plan matĂ©riel, la Caritas diocĂ©saine veut contribuer Ă  « aider les gens Ă  sortir de la pauvretĂ© matĂ©rielle » et, ainsi, Ă  ne pas cĂ©der aux promesses matĂ©rielles des Églises de rĂ©veil. « Des groupes de paysans sont formĂ©s Ă  la culture de produits dont la vente leur procure des moyens financiers pour faire face Ă  quelques-uns de leurs problĂšmes », poursuit Mgr Watio, qui dit Ă©galement travailler « Ă  la mise en place d’un dĂ©veloppement solidaire ».

Une maniĂšre de permettre Ă  la population « de se prendre progressivement en charge et d’ĂȘtre ainsi fiers de ne plus se voir dĂ©pendants des gens qui leur proposent de l’argent pour les attirer dans leurs filets ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut