Société › Société

Cameroun: Du feu déclaré dans une caserne militaire à Yaoundé

Selon un communiqué du ministère de la défense, la situation a été maîtrisée et les populations riveraines affirment avoir vécu un grand moment de frayeur

Dans sa version officielle, l’armée fait savoir que l’événement qui est survenu dans la nuit du vendredi 20 au samedi 21 avril 2012 dans une soute du camp militaire Yeyap localisé dans la ville de Yaoundé la capitale du Cameroun, est un incident mineur. Le communiqué officiel rendu public par le ministre de la défense parle d’un « départ de feu qui s’est déclaré à l’intérieur d’un compartiment de la soute à munitions de petit calibre situé à la caserne d’Elig Effa ». C’est un soldat de garde qui aurait remarqué le problème et donné l’alerte. « La sentinelle de faction ayant observé une fumée suspecte a immédiatement alerté la hiérarchie. Les services spécialisés du corps des sapeurs-pompiers et de la Direction des Matériels Interarmées se sont immédiatement rendus sur les lieux » a déclaré à la radio nationale le Ministre Edgar Alain Mebe Ngo’o, en charge de la défense, qui précise aussi que « la situation a été vite maîtrisée. L’armée annonce aussi avoir pris des mesures pour sécuriser les populations, qui « ont été maintenues à l’écart du théâtre des événements jusqu’à la sécurisation complète du site ». Le ministre qui est arrivé sur les lieux affirme avoir ordonné une enquête. On ignore donc tout de ce qui s’est effectivement passé dans cette caserne autant que de ce qui a causé le « départ de feu ». Dans la matinée de samedi, rien ne semble indiquer qu’il y a eu un incident particulier dans la zone, mis à part un véhicule des sapeurs-pompiers stationné devant l’entrée de la caserne. Les populations vaquent normalement à leurs occupations.

Jusqu’à 13 heures dans la matinée du samedi, une réunion s’est tenue au ministère de la défense à propos de cette situation. Certaines personnes riveraines interrogées, affirment avoir vécu de véritables scènes de panique. « Il était un peu plus d’une heure du matin, lorsque des militaires ont commencé à taper fortement sur les portes, demandant aux populations de sortir de leurs maisons et de se diriger dans le sens opposé, vers la chapelle d’Elig Effa » affirme un des riverains interrogés. Pour d’autres, ce sont les forces militaires qui ont-elles même suscité une panique déjà alimentée par le son des explosions. « J’ai entendu des explosions que je ne dirai pas fortes, je me suis dit que ce n’était pas grave, jusqu’à ce que je vois mon voisin gendarme, prendre ses enfant et sa femme et fuir de sa maison en invitant tout le monde à faire de même », a expliqué pour sa part Mathurin E, riverain de la caserne. Il ajoute aussi que les forces militaires qui donnaient l’alerte, recommandaient surtout d’emporter les bébés, pour leur éviter de respirer le souffre des explosions. Cette explosion survient alors qu’au Cameroun, certaines personnes peuvent encore avoir des images des conséquences d’une autre explosion de soute à munitions, cette fois dans la république voisine du Congo, où des bilans officiels font état de centaines de morts et d’importants dégâts matériels. Le ministère de la défense s’est félicité de la qualité et de la solidité de la soute sujette à cet incident, ainsi que de l’intervention rapide des unités concernées. Les populations ont rejoint leurs habitations dans la matinée de ce samedi, mais certaines disent avoir toujours un peu peur. Il y a quelques années une explosion, avait eu lieu dans une soute, cette fois au quartier général de l’armée.

Image d’illustration
lequotidien.sn)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé