Opinions › Tribune

Cameroun – Electricité: délestages et syndrome de Stockholm!

Par Paul Gérémie Bikidik, président/fondateur du RACE (Réseau Associatif des Consommateurs de l’Energie)

Même pendant la Traite Négrière. on trouvait des Nègres qui soutenaient les esclavagistes et pire, il y en avait qui étaient carrément des complices actifs de cet odieux système économique.

Il est quand même frustrant et désespérant d’écouter ou de lire des Camerounais, victimes quotidiennes de délestages sauvages, trouver des excuses à l’opérateur Eneo-Cameroun. Notamment lorsque cette entreprise invoque honteusement les aléas climatiques pour expliquer la recrudescence des coupures intempestives de l’électricité et la persistance de la crise énergétique actuelle. Tout le monde sait que gérer c’est prévoir. Et ce n’est pas Monsieur Joël Nana Kontchou (DG d’Eneo)-qu’on nous avait vanté comme étant «une virtuose du management»-qui pourrait l’ignorer. Les étiages (débit d’eau insuffisant pour alimenter les turbines d’un barrage hydroélectrique) ne sont pas une fatalité, au contraire ils sont techniquement prévisibles.

En arrivant au Cameroun l’année dernière après avoir été chassé de l’Ouganda pour incompétence et surtout en héritant joyeusement le 23 Mai 2014 de la concession accordée en juillet 2001 au groupe américain AES Corporation, le fonds britannique Actis alias Eneo savait parfaitement sur quel terrain il foulait les pieds.

Je rappelle que depuis cette date, l’opérateur Eneo est concessionnaire de fait et de droit du service public de l’électricité au Cameroun jusqu’en 2021.. A ce titre, chaque consommateur est directement ou indirectement lié à cette entreprise par un contrat commercial de droit privé. Par ailleurs, comme chacun a eu à le constater un jour ou l’autre à son domicile, à défaut de chercher à vous arnaquer, les agents d’Eneo n’hésitent pas à suspendre la fourniture de l’énergie électrique chez vous pour le moindre retard de paiement de votre quittance mensuelle. Outre cela, au regard du contrat de concession du 18 juillet 2001, de la Loi N°2011/022 du 14 décembre 2011 régissant le secteur de l’électricité et du Règlement du service de distribution publique de l’électricité, le défaut d’approvisionnement en énergie électrique d’un usager abonné au réseau public (en dehors des cas de force majeure), est un délit imputable à l’opérateur d’électricité et sanctionné par des pénalités claires.

Au lieu de se mobiliser et s’organiser pour riposter à cette débauche de mépris de la part d’Eneo-Cameroun ou alors demander réparation pour cette constante violation du cadre règlementaire et des clauses contractuelles qui nous lient, il y a encore parmi nous des gens qui trouvent anormal qu’on émette des récriminations, pourtant légitimes, à l’encontre de cette entrepris incompétente.

Je tire la conclusion que certains de nos compatriotes sont victimes du phénomène psychologique nommé le «Syndrome de Stockholm». A force d’écouter à longueur de journée les balivernes et l’enfumage d’Eneo, qui a littéralement envahit tout l’espace médiatique national, et malgré la chaleur, les piqures de moustiques, les incendies dus à l’usage des bougies et les entraves à leurs activités professionnelles, ils sont bizarrement pris d’une empathie indescriptible pour leur Bourreau. Bref, ils s’illustrent de plus en plus comme des esclaves résignés et même contents de leur triste sort.

C’est tout simplement hallucinant!!

Paul Gérémie Bikidik
DR)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé