› Eco et Business

Cameroun: Emission projetée des Obligations du Trésor assimilables tous les mois

En cours d’expérimentation depuis juin, l’émission des Obligations du Trésor assimilables rendue à sa 2e opération pourrait mensuelle

« Quand ce sera bien huilé, c’est un exercice peut-être qui se fera tous les mois », a affirmé Léonard Kobou Djongue, chef de division de la trésorerie au ministère des Finances, au lendemain de la deuxième émission des obligations du Trésor assimilables qui a permis de lever le 4 septembre un peu plus de 8 milliards de francs CFA (soit plus de 16 millions de dollars) auprès des investisseurs pour le financement de projet d’investissement publics. Pour cette opération de deux ans de maturité, les autorités camerounaises recherchaient entre 5 et 10 milliards de francs CFA (entre 10 et 20 millions de dollars américains) pour financer la construction de deux barrages hydroélectriques (Lom Pangar à l’Est et Mekin au Sud) en cours d’exécution, puis l’aménagement d’un chantier routier, Yaoundé-Okola-Evodoula, au Centre. Sur plus de 8 milliards de francs CFA de propositions reçues des spécialistes des valeurs du trésor (SVT) réunis au sein d’un consortium de treize établissements bancaires, 7,5 milliards (15 millions de dollars) ont été retenus par le ministère des Finances. Lors de la première émission en juin comprise entre 10 et 20 milliards de francs CFA (entre 20 et 40 millions de dollars) de recherche de financements, 16 milliards avaient été retenus sur 17 milliards de propositions.

Seules 4 sur les 13 banques agréées ont pris part à la dernière, du fait des délais courts de l’opération, explique Léonard Kobou Djongue. « La période de souscription est très courte. On ouvre le vendredi et le mercredi, c’est clos. Etant entendu que le samedi et le dimanche sont des jours de week-end, les jours d’activité pour les SVT sont le lundi et le mardi », précise-t-il. Puisque ces spécialistes des valeurs du Trésor doivent replacer les obligations souscrites auprès de leurs clients, « un SVT qui n’a pas suffisamment travaillé ses clients peut se réserver de souscrire », poursuit l’économiste.
Le ministère des Finances annonce la publication d’ici au 20 septembre du calendrier des émissions à venir, qui dépendront des besoins des ministères concernés par la mise en uvre des projets structurants par lesquels le gouvernement entend impulser le développement économique du pays. Une institution sous tutelle de ce ministère, la Commission des marchés financiers (CMF) a récemment infligé des amendes à sept des treize banques engagées dans le processus, suite à des accusations de perception indue de plus de 7 milliards de francs CFA de commissions lors d’un emprunt obligataire émis en 2010 par les autorités.

Le président de cette commission, Théodore Ejangue, a évoqué, dans une interview à Jeune Afrique, la possibilité pour le ministère des Finances de « réclamer l’intégralité des sommes indûment perçues ». Certains des établissements bancaires concernés ont interjeté appel de la décision de la CMF. Outre les obligations du trésor assimilables, le Cameroun s’est lancé depuis 2011 dans l’émission de bons du trésor pour le financement de son économie.


rmc.fr)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut