Eco et Business › Entreprises

Cameroun : des employés d’Eneo bientôt transférés à la Sonatrel

Joël Nana Kontchou, directeur général d'Eneo. ©Droits réservés

L’information a été confirmée le 1er mai dernier par Joël Nana Kontchou, directeur général d’Eneo.

Plusieurs centaines d’agents de la compagnie d’électricité Eneo seront bientôt reversés à la Société nationale de transport d’électricité (Sonatrel). Il s’agira de la matérialisation du protocole d’accord conclu en novembre 2017 entre les deux entreprises, sous les auspices du ministère du Travail et de la Sécurité sociale. Elle consacrait alors le recrutement du personnel technique d’Eneo par la Sonatrel, spécifiquement celui de sa direction des transports.

Le transfert des employés d’Eneo a été confirmé par le directeur général de ladite compagnie lors des célébrations marquant la fête du travail. «Je pense notamment aux coéquipiers de la direction des transports, qui célèbrent cette fête avec nous pour la dernière fois. En effet, le contrat de concession de la Sonatrel a été signé vendredi dernier (le 27 avril 2018, Ndlr). Et conformément aux accords conclus en fin d’année dernière entre les différentes parties prenantes, les agents de cette direction seront transférés dans les prochains jours à cette société publique désormais en charge de la gestion du réseau de transport. Nous ferons dorénavant maison commune, chambres à part. Nous leur souhaitons à tous bon vent !», a déclaré Joël Nana Kontchou.

Selon le site Investir au Cameroun, 230 agents seraient concernées par ces mutations. Les syndicalistes auraient obtenu que leur ancien employeur paye aux partants une indemnité de départ, et qu’ils conservent le même niveau de rémunération et les mêmes avantages et acquis que chez Eneo.

La Sonatrel a été créée par un décret présidentiel le 08 Octobre 2015, et elle a officiellement commencé ses activités le 27 avril dernier. Selon des informations transmises par le ministère de l’Eau et de l’Energie, elle sera responsable de l’exploitation, de la maintenance, du développement des réseaux publics de transport de l’électricité sur l’ensemble du territoire camerounais, ainsi que de la gestion des flux d’énergie qui y transitent.

 

À LA UNE
Retour en haut