Société › Société

Cameroun: Encore quatre personnes tuées dans des accidents

L’accident survenu ce mardi, sur la route de la région de l’ouest, porte à 14 le nombre de personnes décédées en 10 jours

Une voiture garée sur le bas-côté aurait été à l’origine du drame
Un accident est survenu ce mardi à Nkozoa, une localité située à l’entrée nord de Yaoundé. Le drame qui est survenu aux environs de 11h sur l’axe reliant la capitale Yaoundé à Bafoussam la principale ville de la région de l’Ouest du Cameroun a provoqué sur le champ, la mort de quatre personnes. Selon les premiers témoignages, la maladresse des usagers serait une fois encore, à l’origine de cet incident. Le camion de sable qui venait de Yaoundé a voulu à un moment dépasser des voitures qui étaient garées sur un côté, c’est alors qu’il est entré en collision avec une semi-remorque transportant des produits ou des emballages des produits de brasseries, qui arrivait dans le sens contraire, a fait savoir un témoin qui était présent sur les lieux de l’accident. Une relation des faits confirmée par la radio nationale. Les trois occupants du camion de sable seraient morts sur place. Dans la semi-remorque, le chauffeur est lui aussi décédé sur le coup. Le convoyeur de la semi-remorque quant à lui a été transporté dans un hôpital de Yaoundé. Son état était préoccupant, affirme un témoin. L’accident a bloqué un des principaux axes routier du Cameroun, pendant près d’une heure. Cet autre accident survient deux jours seulement après un autre accident lui aussi mortel, qui a fait perdre la vie à cinq personnes selon les médias officiels, sur la route Yaoundé-Douala. Là encore, un camion mal stationné aurait été la cause de cet accident. Les survivants ont rapporté que le chauffeur qui venait de manipuler son lecteur CD a été surpris par les pleins phares d’un véhicule venant en face. En voulant éviter ce dernier, il est rentré dans un camion garé sur le côté. Cet accident survenu à Nkozoa porte à 14, le nombre de personnes tués en moins de deux semaines. A chaque fois, les autorités semblent indexer la maladresse des usagers.

Le gouvernement dépassé par la tournure des évènements
Début septembre, le gouvernement avait lancé une campagne de sécurisation routière, avec pour objectif d’éviter au mieux les accidents de circulations. Juste après le premier accident survenu récemment à Pouma, le secrétaire d’Etat aux transports, Monsieur Mefire avait exprimé la colère du gouvernement à l’égard des usagers qui ne respectent pas les consignes de sécurité routière, mais aussi à l’égard des personnels en charge de la sécurité routière et qui pour une raison ou une autre sont aujourd’hui convaincu de ne pas exécuter leur travail correctement. Les experts pensent tout simplement que le gouvernement est dépassé par la situation. La prévention routière ne peut être le seul fait du département ministériel des transports. Selon des études, la sécurité routière implique que soit mis sur pied un bureau des enquêtes et d’analyses, qui aurait une compétence quasi illimitée pour déterminer les causes d’accidents de transports, de faire des recommandations et le cas échéant, de faire appliquer des sanction. La vérité est qu’au cameroun comme dans beaucoup de pays d’Afrique, les consigne de sécurité ne sont pas respectées par les usagers et les agents de sécurité routière sont soit corrompus, soit incompétents, soit en sous-effectif. Ce qui ne permet pas une véritable politique de sécurisation routière. De son côté, le ministère des transports ne fait pas toujours son travail d’aménagement routier. Parfois aucune plaque de signalisation n’indique clairement une interdiction de stationnement. Selon un rapport mondial sur la sécurité routière publié en 2009 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), sur 100 conducteurs circulant sur les routes camerounaises, 70% roulent sans attacher la ceinture de sécurité, 60% ne respectent pas les limitations de vitesse, 70% s’arrêtent pour boire une bière au cours d’un voyage, parfois avec des agents de la sécurité routière.

Des camions sur le bas côté
Hervé Théry)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé