Société › Société

Cameroun: enquête sur la mort d’un médecin à Douala

Le Dr Hélène Ngo Kana a rendu l’âme dans la nuit du 09 au 10 janvier à l’hôpital général, qui décline sa responsabilité

Toute la lumière sera faite sur le décès du Dr Hélène Ngo Kana, épouse Late Fomo, survenu dans la nuit du 09 au 10 janvier 2016 à l’Hôpital général de Douala (Hgd), assure le Dr Guy Sandjon, président de l’Ordre national des médecins du Cameroun. « Nous avons désigné une commission nationale indépendante pilotée par le Pr. Leke », a-t-il indiqué, avant d’ajouter : « Il faut savoir où se trouve la vérité, répondre à la question : pourquoi est-elle morte ? Croyez-moi, nous serons sans complaisance et nous situerons les responsabilités ».

Cette affaire aurait pris une tournure spéciale après des déclarations d’un membre de la famille de la défunte, lors des obsèques de cette dernière le week-end du 23 janvier à Yaoundé. « Un de ses oncles a déclaré qu’elle a été prise en charge tardivement ici (Hgd, ndlr)», déclare le Pr. Eugène Belley Priso, directeur général de l’Hôpital cité. Lequel, tout en présentant ses condoléances à la famille, réfute « toutes les versions inexactes qui laisseraient croire qu’elle n’aurait pas été prise en charge faute de caution », selon les termes d’un communiqué qu’il signe.

De fait, assure le Pr. Belley Priso, présentant divers documents, il n’a pas été question de frais préalables avant la prise en charge de cette patiente – elle-même médecin en service à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala. « Cet oncle prétend qu’on a demandé 250 mille francs de caution avant, et que c’est après intervention du directeur général qu’elle aurait admise en soins. Il n’en est rien. En raison de la procédure d’urgence vitale, je n’ai pas eu à intervenir », a ajouté le Dg de l’Hgd.

Selon des informations recoupées, la patiente, admise une première fois à l’Hôpital général, en a été sortie pour l’Hôpital gynéco-obstétrique, puis est revenue à l’HGD. A son second passage, le Dr Hélène Ngo Kana a été prise en charge aux urgences, avant d’être transférée en réanimation, « où elle décèdera malheureusement quelques heures plus tard de suite de graves complications », indique le communiqué susmentionné.

Les investigations prescrites par l’Ordre national des médecins du Cameroun porteront sur « la qualité de la prise en charge » depuis la clinique où le Dr Ngo Kana a séjourné une semaine, jusqu’à « la gestion des complications graves constatées par les réanimateurs à l’Hôpital général de Douala », ajoute le communiqué.


Droits réservés)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé