› Eco et Business

Cameroun: épinglés pour fraude, des opérateurs de téléphone mobile réfutent!

Camtel et MTN viennent de rejeter en bloc les accusations de lourdes dettes vis-à-vis de l’Etat détaillées dans un rapport de la Conac publié mardi

La Cameroon Telecommunications (Camtel) et Mobile Telecommunication Networks (MTN) viennent de rejeter en bloc les accusations de lourdes dettes vis-à-vis de l’Etat, mais également de pratiques illégales et autres manquements dont les accuse la Commission nationale anti-corruption (Conac) dans un rapport publié mardi, 19 janvier 2016.

Epinglée pour non-respect des obligations fiscales et du paiement de certaines taxes publicitaires pour un total de plus de 18 milliards FCFA, le premier opérateur (public) cité, dans un communiqué publié mercredi soir, affirme que c’est plutôt l’Etat qui lui est redevable de quelque 15,2 milliards FCFA, objet d’une convention de compensation des dettes réciproques signée le 6 octobre 2015 entre les parties.

«Un échéancier de 15 mensualités a ainsi été établi, et le mois de novembre 2016, retenu comme dernière échéance que l’Etat s’est fixé pour l’apurement de sa dette.»

Camtel se dit donc à jour de ses obligations fiscales, et continuera d’honorer l’ensemble de ses engagements dans le respect des lois et règlements qui régissent les activités du secteur de la téléphonie au Cameroun.

Egalement indexé par le rapport de la Conac, MTN, par voie de communiqué, a indiqué jeudi qu’il «n’est pas et n’a jamais été impliqué dans des faits de corruption dans la conduite de ses activités», et a «toujours traité avec l’Etat du Cameroun et ses représentants de manière transparente et en conformité avec les lois du Cameroun».

Dans le même élan, l’opérateur sud-africain se targue d’être un investisseur responsable, parfaitement à jour de ses obligations fiscales vis-à-vis des différentes administrations compétentes, mais aussi de faire partie des deux plus gros contributeurs de l’Etat en termes d’impôts et taxes payés, une attitude «responsable et citoyenne» qui lui a d’ailleurs souvent valu des reconnaissances publiques, notamment de la direction générale des Douanes.

En dehors de Camtel et MTN, le français Orange fait partie des entreprises de téléphonie mis à l’index par la Commission pour moult pratiques illégales et autres malversations à eux imputées, sans oublier des violations répétées des lois et conventions régissant le domaine pour une dette totale de 176 milliards FCFA.

Dans ses conclusions, la Conac, rappelle-t-on, a aussi épinglé le vietnamien Viettel pour avoir adopté, localement, le nom commercial «Nexttel» et ce en l’absence de tout avenant à la convention de concession le liant à l’Etat camerounais.

Quant à l’Agence de régulation des télécommunications (ART), elle est traitée de «laxiste» vis-à-vis desdits opérateurs et invitée à assainir le secteur dans l’urgence.


Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut