CultureCulture › Arts visuels

Cameroun: Exit le Festival de la nuit du court métrage 2011

La quatrième édition de ce festival s’est refermée vendredi 1er juillet, soit un jour plutôt que la date initialement prévue

La nouvelle du changement de date pour la soirée de clôture du festival est tombée dans la journée du jeudi 30 juin. Les organisateurs l’ont fait savoir par appels, messages téléphoniques et autres mails en ces termes «La cérémonie de clôture de la 4ème édition de la nuit du court métrage à lieu au Centre culturel français de Douala le vendredi 1er juillet à 19h00». Sans plus. Pourtant depuis le lancement de la campagne de communication, c’est la salle de Douala Bercy qui était annoncée pour accueillir cette soirée, en cette date du samedi 2 juillet. Joint au téléphone, l’un des membres de l’organisation laisse entendre qu’ «il y a juste eu un malentendu avec le propriétaire de Douala Bercy. Donc la soirée aura lieu plutôt demain vendredi». Conséquence directe, la salle de spectacle du CCF de Douala est bien loin du plein observé lors de la soirée d’ouverture le lundi 27 juin. «C’est tout à fait logique vu que les gens savent que la soirée c’est samedi. Moi aussi, j’ai été surpris lorsqu’on m’a appelé hier pour m’informer du nouveau programme. J’ai du bousculer un certain nombre de chose que j’avais prévu pour être là ce soir» explique un réalisateur en compétition. Sans compter d’autres activités qui avaient été annoncées et qui n’ont pas eu lieu comme l’atelier en faveur des journalistes culturels, la publication d’un magazine pendant la durée du festival.

Malgré tout
Nonobstant toutes les difficultés rencontrés cette année, la soirée de clôture s’est déroulée dans une sereine ambiance, avec au menu la remise des distinctions aux différentes catégories en compétition cette année. Et s’il est un axe qui aura retenu l’attention cette année, c’est la qualité des films. A ce sujet Michel Kuate le délégué général du festival exprime son satisfecit. «Si vous remontez l’histoire des films de ce festival, vous constatez que la qualité s’améliore nettement. Je suis très heureux pour la qualité des films parce que le succès d’un festival est la satisfaction du public de venir voir de beaux films en salle». Même sentiment pour les cinéphiles, qui ont suivi durant toute une semaine, la projection de plus de 300 films, venus d’une dizaine de pays africains et de France. «Je suis très surpris de voir que le cinéma africain et camerounais en particulier regorge autant de talents. Les films que j’ai regardé me font dire que notre cinéma n’est pas mort. Maintenant il faut juste que les pouvoirs publics soutiennent des actions comme ce festival. En bref, j’ai beaucoup aimé les films que j’ai regardé».

Francoise-Ellong, recevant un de ses prix
Journalducameroun.com)/n

Grand prix 2011
Il est revenu à Françoise Ellong, jeune réalisatrice camerounaise, 23 ans, qui vit en France depuis une quinzaine d’années. Avec son court métrage «Nek», elle participait pour la première fois à un festival en Afrique. Une belle réussite pour elle dira-t-on, puisqu’elle en ressort avec trois trophées, notamment du meilleur son, meilleure image et Grand prix du festival de la nuit du court métrage 2011. Autre exploit cette année, celui de la marocaine Mahassine Elhachada qui, avec sa fiction «Apnée», remporte trois trophées et pas des moindres, meilleur scénario, meilleure interprétation féminine et meilleur film fiction. Viennent ensuite les Camerounais Alphonse Ongolo avec deux prix, meilleure décoration et meilleur costume avec son film «Cimétière» et Etiendem Romanus, meilleure bande annonce et meilleur maquillage pour son film «Za».

Alphonse Ongolo recevant un de ses prix
Journalducameroun.com)/n

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé