Politique › Sécurité

Cameroun-Extrême-Nord : Joseph Beti Assomo remobilise les troupes au front

Le Mindef en tournée dans le Grand-Nord
Le ministre Joseph Beti Assomo à l’Extrême-Nord

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef) a entamé jeudi 23 juin 2022 une visite de travail dans les régions septentrionales du pays.

C’est par la ville de Mokolo, chef-lieu du département du Mayo Tsanaga région de l’Extrême-Nord que le ministre a entamé sa visite de deux jours. Arrivé en fin de matinée à Maroua, chef de lieu de la région en compagnie des chefs d’état-major et des responsables centraux, Joseph Beti Assomo est allé présider une réunion de sécurité à Mokolo. La situation sécuritaire oblige.

« Le département du Mayo-Tsanaga est secoué, depuis le début de l’année en cours, par des attaques à répétitions contre les positions des forces de défense et de sécurité, mais aussi hélas contre nos compatriotes civils dans des villages enclavés et isolés qui se sont soldées par des morts dans les rangs des forces, qu’auprès des populations civiles », a regretté le Mindef

Le contexte étant dominé par les incursions de la secte islamiste Boko-Haram qui procède aux assassinats, enlèvements avec demande de rançon et bien d’autres exactions, la stratégie de riposte était au centre des échanges. En effet, la remobilisation des troupes, le réajustement du dispositif sécuritaire de riposte contre le terrorisme et la grande criminalité, la protection des populations ont constitué les principaux points abordés.

Au cours de sa prise de parole, Joseph Beti Assomo a salué la collaboration des populations à travers les comités de vigilances, tout en donnant instructions de renforcer leur encadrement.

Le Mindef en tournée dans le Grand-Nord

Le ministre Joseph Beti Assomo à l’Extrême-Nord

« Les comités de vigilance nous en avons parlé sont sous l’encadrement des autorités administratives dont nous saluons le travail. Il va falloir resserrer leur encadrement monsieur le préfet, monsieur le gouverneur pour que les fichiers soient bien tenus, pour qu’on sache qui est qui dans tel ou tel comité de vigilance et que nous n’ayons pas dans certains comités de vigilance des agents doubles qui sont avec nous mais qui renseignent Boko-Haram », instruit le ministre.

Face aux exactions de Boko-Haram, « l’armée va poursuivre son travail, ses opérations avec davantage d’énergie en fonction des moyens mis à sa disposition par le gouvernement, avec un accent particulier sur ces zones montagneuses à la frontière et qui sont poreuses et dangereuses ». Ainsi a martelé Joseph Beti Assomo au cours de la rencontre.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé