› Société

Cameroun-Extrême-Nord : un programme d’urgence pour améliorer la sécurité alimentaire

Le lancement a eu lieu le 27 juin 2022 par Gabriel Mbairobe, ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader).

Projet d’appui d’urgence pour améliorer la sécurité alimentaire des ménages les plus vulnérables à Logone-Birni. Le but de cette initiative est de lutter contre l’insécurité alimentaire dans le septentrion. Le projet prévoit de relancer les activités agricoles et pastorales des populations vulnérables dans cette commune avec l’appui technique du Minader et du Minepia.

Ces populations avaient abandonné leurs activités à cause des violences intercommunautaires de décembre dernier. L’Organisation des Nations unies estime à plus de 18 000 personnes, le nombre de déplacés internes qui ont fui leur village pendant les affrontements entre Mousgoums et Arabes choas.

Gabriel Mbairobe, ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader) et Taïga, ministre de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) ont pris part le 27 juin dernier au lancement de ce projet.

Ce programme fait partie des nouveaux programmes de coopération technique entre le Cameroun et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Pour mémoire, en avril année courante, la FAO avait classé le Cameroun parmi les 7 pays du Sahel et du Lac Tchad touchés le plus par l’insécurité alimentaire.

La FAO indique que, sept pays en particulier, savoir : le Burkina Faso, le Cameroun, le Tchad, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Nigéria sont les plus gravement touchés par cette crise alimentaire.

Pour assiter les pays touchés, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indiquait en avril que, « le total des contributions annoncées s’élève à 1,79 milliards d’euros, en regard d’appel humanitaire de 3,8 milliards d’euros pour l’ensemble régional comprenant le Sahel et l’Afrique de l’Ouest ».

« À cette somme, s’ajoute une contribution de 67 millions d’euros d’assistance humanitaire annoncée par l’Union européenne. Cet apport porte à ce jour le total des contributions destinées aux pays touchés dans les régions du Sahel et du lac Tchad à 240 millions d’euros en 2022 ».

L’Union européenne a aussi mis de côté la somme de 654 millions d’euros pour la période 2021-2024, consacrée à l’apport d’une assistance de long terme au développement dans les sept pays les plus touchés par la crise alimentaire structurelle.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé