Politique › Judiciaire

Cameroun : la famille d’Ayah Paul dit avoir saisi les Nations unies

Abine Ayah Ayah, le fils d'Ayah Paul. ©Droits réservés

Le fils de l’ancien avocat général près la Cour suprême, détenu au Sed depuis janvier 2017, l’a annoncé sur son compte Facebook mercredi.

Abine Ayah Ayah a déclaré mercredi que l’Organisation des  Nations unies a été saisie du cas de son père, Ayah Paul Abine. L’ancien avocat général près la Cour suprême, est en détention au Secrétariat d’Etat à la Défense depuis janvier 2017. Il y a été conduit manu militari quelques semaines après le début de la crise anglophone. Le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2011 avait attendu plusieurs jours avant d’être fixé sur les raisons de sa détention, à savoir complicité et apologie de terrorisme. La justice lui reproche des affinités avec les individus ayant provoqué et entretenu la crise anglophone dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Des accusations qu’Ayah Paul a toujours réfutées.

En mars, ses avocats, parmi lesquels Maurice Kamto, avaient requis sa libération immédiate,  en raison du caractère illégal de son arrestation. Une demande purement et simplement rejetée par le président du tribunal de grande instance du Mfoundi. Depuis, Ayah Paul attend l’ouverture de son procès.  Cependant, l’attente est loin de se faire dans la sérénité. En effet, la santé de l’ancien député de la Manyu, dans la région du Sud-ouest, est déclinante. Il y a quelques semaines, il a été évacué de sa cellule pour une prise en charge urgente dans une formation sanitaire de la ville de Yaoundé.

Malgré les nombreuses manœuvres de la famille d’Ayah Paul pour l’obtention de sa libération, la justice camerounaise est bien déterminée à le garder en détention, au moins jusqu’à l’ouverture de son procès dont la date n’a pas encore été communiquée.

Ces tentatives infructueuses ont contraint les proches d’Ayah Paul à saisir l’Organisation des Nations unies aux fins d’apporter une résolution immédiate à ce qu’Abine Ayah Ayah qualifie de  « détention arbitraire ». Pour le jeune homme, Ayah Paul fait non seulement l’objet d’une justice partiale mais aussi est victime de diffamation, entre autres récriminations.

Abine Ayah Ayah espère, en portant le dossier de son père auprès de l’Onu, obtenir un moyen de pression internationale qui aboutisse à la libération d’Ayah Paul, envoyé à la retraite le 07 juin  à la faveur d’un décret présidentiel. Avant cette date, il était, depuis sa cellule du Sed, l’avocat général près la Cour suprême.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé