Politique › Judiciaire

Cameroun : Ferdinand Makota traîne la Fecafoot en justice

Le Secrétaire général de la Fecafoot est attendu au tribunal le 1er mars 2022. Il doit répondre des accusations de refus de service dû à Ferdinand Makota, qui se fait passer désormais pour Coordonnateur adjoint des Lions indomptables.

La bataille de leadership pour le contrôle des Lions indomptables que se livre le président de la Fecafoot, Samuel Eto’o et le ministre en charge des Sports Narcisse Moulle Kombi a rebondi sur un autre terrain. Ce lundi 21 février, le Secrétaire général de la Fecafoot  s’est vu servir une citation directe de Ferdinand Makota, le protégé du ministre des sports.

En effet, Benjamin Didier Banlock est attendu le 1er mars 2022 au Tribunal de Première instance de Yaoundé Centre administratif à 7heures 30. C’est Maitre Ebode Raphael, Huissier de justice près la Cour d’appel du Centre et des tribunaux de Yaoundé qui lui a porté l’exploit pour le compte de son client Ferdinand Makota, coordonnateur adjoint des Lions indomptables.

Il s’agit d’un nouveau rebondissement dans l’affaire de la suspension prononcée contre l’agent de liaison des Lions indomptables, le 31 décembre 2021 par le président de la Fecafoot, Samuel Eto’o. Benjamin Didier Banlock est très exactement accusé de refus d’un service dû et de complicité de refus d’un service dû, des infractions réprimées par les articles 74, 97 et 148 du Code pénal.

En effet, en réaction à la correspondance qui le suspendait de ses fonctions, Ferdinand Makota avait saisi Samuel Eto’o’ d’une requête aux fins d’obtenir sa réintégration, compte tenu de l’urgence liée au début imminent de la Coupe d’Afrique des nations 2021. Mais à plusieurs reprises, son conseil et les huissiers de justice commis pour la cause ont été refoulés à la Fecafoot, sur la base des instructions fermes données par le Secrétaire général de l’institution.

Ferdinand Makota, c’est l’histoire d’un ancien camarade du Lycée de Bonabéri de Narcisse Moulle Kombi. Un soir du 5 octobre 2019,  le ministre des Sports et de l’éducation physique l’a propulsé au-devant de la scène. Au plus grand mépris du décret du président de la République de septembre 2014, qui réorganise les sélections nationales de football du Cameroun, son ami ministre a créé un poste, sur mesure, d’agent de liaison au sein des Lions indomptables, avec à la clé un salaire mensuel confortable de 4 millions de F CFA.

L’imposture ayant la peau dure, quelques mois après son intrusion dans la tanière, l’agent de liaison se fait désormais passer pour un coordonnateur adjoint des sélections nationales de football, afin de pouvoir toucher la prime olympique. Quand a-t-il été nommé et par qui ? Seul le ministre peut y répondre. Car la nomination à ce poste échoit uniquement à la Fecafoot qui, justement, ne reconnaît pas Ferdinand Makota.

Pour rappel, Samuel Eto’o, sans l’avis du Minsep,  avait suspendu Ferdinand Makota sur la base d’images qui ont fuité sur les réseaux sociaux, montrant le mis en cause dans en échange hot avec une dame. Au Tribunal, il sera également question de comprendre comment la Fecafoot et son Secrétaire général ont pu entrer en possession de cette vidéo sur laquelle ils se sont appuyés pour prononcer sa suspension.

En trainant la Fecafoot en justice, Ferdinand Makota doit se souvenir que la loi pénale s’impose à tous. En effet, le code pénal camerounais prévoit en son article 219 : «qu’est puni d’un emprisonnement de trois mois à deux ans et d’une amende de 100.000 à 2 millions de francs ou de l’une de ces deux peines seulement celui qui fait usage sans droit d’un titre attaché à une profession légalement réglementée… »


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé