Politique › Judiciaire

Cameroun-Fonds Covid-19 : Laurent Esso dispose désormais des pièces à conviction pour diligenter les enquêtes

Le Minjustice Laurent ESSO et le SGPR, Ferdinand Ngoh Ngoh

Le ministre de la Justice qui avait demandé  au ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République  de lui fournir « les pièces d’investigations » peut désormais accélérer l’enquête commandée par le président de la République, sur la gestion des 180 milliards octroyés par le FMI au Cameroun pour financer la lutte contre la pandémie du coronavirus.

Le rapport d’audit de la chambre des comptes de la Cour suprême, portant sur la gestion des fonds Covid-19 au Cameroun en 2020 est assez édifiant. Ce que la presse camerounaise appelle « Covidgate »  constitue peut-être,  l’un des plus gros scandales de détournements massifs des fonds publics de ces dernières années.

Dans les détails le rapport au parfum de scandale explique comment 23 départements ministériels se sont partagés 128,2 milliards de FCFA de dotations, soit 71 % des 180 milliards de la dotation globale du  Fonds spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le coronavirus  Selon certaines sources, saisies par les auditeurs, seuls 19 ministères ont répondu à la demande d’informations à la fin septembre 2020.

Ayant travaillé avec les données mises à leur disposition, les magistrats ont fait un inventaire des irrégularités, recensant 30 fautes de gestion et de multiples dysfonctionnements. Ils ont recommandé l’ouverture de 10 procédures concernant des faits susceptibles de constituer des infractions à la loi pénale. Trois acteurs majeurs sont principalement visés par le rapport des magistrats : Malachie Manaouda, le ministre de la Santé,  Madeleine Tchuente, la ministre de la Recherche scientifique et Magloire Mbarga Atangana,  le ministre du Commerce.

La commission créée par le Minsanté a fait preuve de légèreté dans l’attribution de certains marchés ; Le ministère de la Recherches scientifique et de l’innovation  qui s’est dit compétent pour fabriquer certains  médicaments (Chloroquine et azithromycine), via son institut de recherche et d’étude en plantes médicinales, a finalement acheté ces remèdes en Inde.  Plus grave, ledit institut a fait modifier les emballages pour apposer son nom. Quant au ministère du Commerce, il n’a pas veillé au respect de  la mercuriale dans le cadre de l’exécution des marchés publics.

A titre d’illustration, l’achat des tests Covid-19 dont l’unité a couté 17000 Fcfa au lieu de 7000 Fcfa au quatrième trimestre de l’année 2020.

Une enquête minutieuse du Minjustice, Laurent Esso, permettra d’établir les différentes responsabilités, comme l’a suggéré le Chef de l’Etat.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé