Culture › Musique

Cameroun-France : Grâce Decca sujet de discorde entre Camerounais ?

Riposte contre le Boycott du concert de Grace Decca en France
Grace Decca, artiste musicienne

Les Camerounais installés en France condamnent avec énergie l’annonce du boycott de la prestation de Grâce Decca à Paris.

Sans aucun fondement légitime, un groupe de personnes se donne pour mission de boycotter la prestation de Grace Decca prévue le 13 mai prochain à Paris. L’annonce de cette opération teintée d’actes de violence contre la diva du makossa par ces personnes se réclamant de la « Brigade anti sardinard (BAS)» ne surprend plus. Plusieurs artistes camerounais en ont déjà été victimes. Mais, cette fois, la menace se heurte à la riposte d’autres compatriotes vivant en France.

Ont réagi à cette velléité de violence, les ressortissants du Grand Littoral installés en Europe.  Dans un communiqué dont l’authenticité reste à démontrer, les Sawa Douala d’Europe condamnent la démarche de « quelques désœuvrés originaires de l’Ouest dont les membres de la Brigade anti sardinard, Bobbi Tanap, les amazones, le CCD ».

Cette communauté considère  ce boycott comme « une menace de plus, une menace de trop ».  C’est pour elle comme une atteinte à la liberté de chacun de se mouvoir comme il veut ou d’avoir des proximités avec le parti qu’il souhaite.

Par conséquent, le Grand Littoral d’Europe a bouclé sa réaction par une menace. « Si jamais ce groupuscule de désœuvrés en Europe arrivait à mettre leur menace à exécution de quelque façon que ce soit, de près ou de loin, les conséquences dans les cantons sawa de Douala au Cameroun seront sans appel ».

Ironie de l’histoire, lorsqu’on sait que Grâce Decca incarne l’unité nationale du point de vue de la culture et en ce qu’elle est originaire du Littoral et épouse d’un ressortissant de l’Ouest Cameroun.

Ensuite, la section du Rassemblement démocratique du peuple camerounais de France a réagi pour dénoncer le mot d’ordre de Boycott. « Nous condamnons fermement ces actions, et nous désolidarisons de toutes formes de déstabilisation ou d’instrumentalisation de la diaspora et de toutes les activités et autres, qui sont de nature à ternir l’image du Cameroun sur la scène internationale », déclare la présidente de la section dans un communiqué.

 

Grace Decca symbole de l'unité nationale

Grâce Decca

Enfin, au regard de ces réactions et des conséquences qui pourraient s’en suivre sur la paix et  la cohésion nationale, l’Ambassade du Cameroun en France s’est saisie de l’affaire. L’ambassadeur André Magnus Ekoumou a tenu ce jeudi 05 mai 2022 une réunion avec les chefs des communautés camerounaises de France. C’était dans la grande salle d’apparat de la mission diplomatique du Cameroun en France. L’objectif était de mettre fin à ces différents appels au boycott et à la violence.

A l’issue de cette rencontre, ces responsables ont produit un message à l’endroit de la communauté camerounaise et aux amis du Cameroun vivant en France. Selon eux, ces différents appels « sont de nature à remettre en question le Vivre ensemble, l’équilibre et les fondements qui sous-tendent notre cher et beau pays, notre patrie le Cameroun ».

Ainsi, « nous dénonçons avec force ces agissements et condamnons avec fermeté ces discours de haine d’où qu’ils viennent et d’appel à la violence, transmis par des individus mal intentionnés, hostiles aux intérêts supérieurs de notre nation », peut-on lire dans le message.

Tout compte fait, il reste des actions concrètes pour donner à ces paroles d’apaisement un sens complet le 13 mai 2022 au palais de la terasse de Thillay où la prestation de l’artiste est annoncée. La prestation s’inscrit dans le cadre du gala de charité Stop Covid-19 en hommage au corps médical.


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé