Politique › Institutionnel

Cameroun: Georges Gros attendu au Cameroun

Le secrétaire Général de l’Union Internationale de la presse Francophone en visite au Cameroun

Les professionnels de la Presse francophone se sont donnés rendez- vous à Yaoundé au Cameroun en novembre prochain. Les préparatifs de ce grand évènement vont bon train. C’est dans ce cadre que Georges Gros le Secrétaire Général de l’Union Internationale de la Presse Francophone(UPF) arrive à Yaoundé. Il aura des séances de travail avec les autorités Camerounaises. Les assises de l’Union Internationale de la Presse Francophone, l’un des plus anciens regroupements des professionnels de la presse francophone, se déroulent de manière rotative dans un pays francophone différent, où plus de 150 à 200 professionnels sont toujours attendus. L’association francophone compte actuellement en son sein 3000 journalistes issus de 110 pays ou régions du monde.

Tous ces professionnels se recrutent tant au niveau de la presse écrite qu’au niveau de l’audiovisuel. L’UPF est née à Limoges en France en 1950 sous la houlette du journaliste canadien Dostaler O’Leary. Considérée à sa création comme un simple regroupement des journalistes de langue française, elle finira par être reconnue par les Nations Unies et l’Organisation Internationale de la Francophonie comme une véritable structure professionnelle. Le 24 octobre 2001, l’Union Internationale de la presse Francophone va naitre des cendres de l’Union internationale des Journalistes de la presse de Langue française. C’était lors de la clôture de la 33 ème édition des assises de la presse d’expression française et francophone

L’arrivée de Georges Gros à Yaoundé intervient dans un contexte marqué par la précarité de la presse. Une presse au sein de laquelle l’on retrouve malheureusement encore des journalistes mal ou non formés n’ayant aucune maîtrise des ficelles, des règles d’éthique et de déontologie. Une presse où l’on décrie encore des maux tels que l’arnaque, le chantage, ou encore le gombo cette pratique qui veut qu’un journaliste diffuse ou publie une information après qu’il ait reçu un pot de vin. Au cours de son séjour au Cameroun, le Secrétaire Général de l’ UPF pourra lui même se rendre compte de la précarité qui mine la presse Camerounaise et les acteurs de ces organes de presse. Certains journalistes Camerounais, mal payés, sont régulièrement impliqués dans les séminaires et autres conférences-ateliers, à la recherche de leur pitance quotidienne. Au Cameroun, il existe même déjà une expression pour désigner tous ces con-frères qui dévalorisent le métier. Les journalistes du Hilton sont, donc ces des personnes qui excellent dans le chantage l’arnaque, et les trafics divers.

Certains parmi eux ne signent nulle part. Et le pauvre gibier qui tombe dans les filets est du coup dépouillé par ces débrouillards d’une autre espèce. Le Cameroun qui sera à l’honneur en novembre prochain, devra donc passer au scanner la presse nationale afin qu’elle soit plus compétitive et plus crédible. Ce qui suppose une forte implication des pouvoirs publics, notamment le Ministre de la Communication, qui devrait jouer le rôle d’arbitre de censeur ou de régisseur de la presse, pour que l’on puisse séparer le grain de l’ivraie. Démasquer et mettre hors des circuits, les faux journalistes qui sillonnent les rues des grandes métropoles du pays. Les assises de Yaoundé que vient ainsi préparer le SG de l’UPF, Georges Gros, se présentent comme un rendez-vous majeur au lendemain duquel, le paysage médiatique Camerounais, pourrait subir d’importantes mutations.

Biyiti Essam, ministre de la communication
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut