› Politique

Cameroun : Human Rights Watch plaide pour la libération des militants du MRC emprisonnés

Olivier Bibou Nissack, porte-parole du leader du MRC emprisonné

Ilaria Allegrozzi, chercheuse à Human Rights Watch, invite le gouvernement de remettre en liberté tous les militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun emprisonnés.

« Les autorités camerounaises devraient libérer immédiatement ces leaders de l‘opposition parce qu’ils sont détenus pour leurs opinions politiques, pour avoir exercé leur droit fondamental de se réunir pacifiquement », déclare Ilaria Allegrozzi, chercheuse à Human Rights Watch.

Elle parle notamment d’Olivier Bibou Nissack et d’Alain Fogue Tedom dont-elle , estime qu’ils ont été abusivement arrêtés. « Ils ne sont pas les seuls à être détenus de manière arbitraire. Des centaines de membres et militants du principal parti d’opposition, le MRC, demeurent en détention jusqu’à aujourd’hui pour des raisons purement politiques depuis septembre, quand ils ont été interpellés pendant des marches pacifiques. Parmi eux d’ailleurs, certains avaient été battus, maltraités lors de leur arrestation et pendant leur détention. Donc, il faut que les autorités camerounaises autorisent la libération de ces personnes qui sont détenues de manière arbitraire », appelle-t-elle.

L’on se souvient que le 12 janvier dernier, une cour d’appel a rejeté les demandes de remise en liberté d’Olivier Bibou Nissack, d’Alain Fogue Tedom et de vingt autres de ses membres du MRC interpellés dans le cadre de la marche visant à réfuter l’organisation des élections régionales et demander le départ du président de la République du pouvoir. Cela fera bientôt quatre mois qu’ils sont emprisonnés.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé