Société › Société

Crise anglophone: Human Rigths Watch accuse les militaires de tuer des civils et de viols

Un panel de Human Rights Watch. (c) Droits réservés

Dans un communiqué rendu public le 22 juillet, l’organisme militant pour les droits de l’Homme appelle le gouvernement à enquêter sur les exactions commises par les forces de sécurité.

Human Rights Wacth (HRW), une fois encore porte un doigt accusateur sur les forces de défense camerounaises. «Les forces de sécurité camerounaises ont tué au moins quatre civils et ont violé une femme depuis la mi-juin 2019 au cours d’opérations de sécurité dans la région du Nord-Ouest. Les personnes tuées incluent un homme âgé en situation de handicap physique et un jeune homme avec un handicap mental», décrie le rapport l’Organisation non gouvernementale, publié le 22 juillet.

L’usage abusif de la force par l’armée connaît une escalade selon HRW « ces récents crimes s’ajoutent à une longue liste d’abus commis par les forces de sécurité camerounaises», a indiqué Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch. Il indique par ailleurs le «déni» du gouvernement: « Au lieu de veiller à ce que la justice soit rendue, les autorités camerounaises nient que leurs forces tuent et violent des personnes. Il est donc essentiel de leur rappeler que le monde les observe.»

Des informations que HRW tient des enquêtes menées auprès des habitants de ces zones. Il indique par ailleurs qu’il n’a pas été possible pour un de leur membre d’entrer sur le territoire depuis que leur chercheuse a été interdite de séjour sur le territoire le 12 avril. Pour l’Ong, les autorités camerounaises empêchent aux organismes des droits de l’Homme ou officiant dans la l’humanitaire d’accéder aux localités touchées par la crise qui secoue le pays depuis trois ans.

«Tant les autorités camerounaises que les séparatistes devraient arrêter les abus contre les civils et respecter strictement les droits humains. Le gouvernement devrait immédiatement enquêter sur ces meurtres et toutes les allégations d’abus, y compris sur l’utilisation illégale et excessive de la force par ses forces de sécurité», préconise l’Ong.

A lire aussi: Cameroun: Human Rigths Watch persona non grata

Zapping Actu International
Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé