› Société

Cameroun : il y a un an, la Sonara était ravagée par un incendie

Sonara : ce qui reste de l'unité de distillation atmosphérique, l'une des trois plus importantes unité de production de cette raffinerie de pétrole.

La reconstruction de cette raffinerie n’a toujours pas débuté et le gouvernement n’a pas rendu publique le rapport d’enquête commandité par le Premier ministre.

Un an après l’incendie à la Société nationale de raffinerie (Sonara), dans la région du Sud-ouest du Cameroun, le floue persiste sur les causes de ce drame.

C’est en effet le 31 mai 2019 que des flammes détruisent quatre unités de production de la raffinerie, dont la très sensible unité de distillation.

L’on se souvient que le 10 juillet 2019, près de deux mois après l’incendie, la commission d’enquête chapeautée par le ministre de l’Eau et de l’Energie remettait son rapport au Premier ministre.

« Nous avions 30 jours pour boucler cette enquête et c’est ce que nous avons fait. Le rapport a été déposé au chef du gouvernement qui avait prescrit la procédure et nous restons à disposition, pour d’éventuelles clarifications ou travaux supplémentaires », avait alors déclaré Gaston Eloundou Essomba, ministre de l’Eau et de l’Energie.

Un mois plutôt, le 11 juin, le Premier ministre Joseph Dion Ngute mettait sur pied cette commission d’enquête avec pour mission de déterminer les causes de l’incendie et de proposer les mesures permettant de prévenir les risques de survenance d’une telle catastrophe à l’avenir. Les conclusions de ce rapport ne sont toujours pas publiques.

Tout comme les contours du plan de reconstruction qui ne sont pas plus connus du public. Tout juste sait-on que le groupe russe Lukoil, s’est dit intéressé par les travaux de reconstruction de la raffinerie. C’était en octobre 2019, au sommet Russie-Afrique qui se tenait à Sotchi et pour lequel le Cameroun était partie prenante, le directeur de ce groupe.

« Nous nous sommes entretenus avec le président directeur général du groupe Lukoil, 7ème fortune de Russie, spécialisée dans l’industrie pétrolière à qui nous avons présenté les préoccupations du gouvernement camerounais dans le secteur. Notamment la remise sur pied de la Sonara », avait alors indiqué le ministre Gaston Eloundou Essomba.

Les échanges portaient alors sur une évaluation des dégâts en vue d’une réhabilitation et d’une extension de la Sonara. Pour le moment les travaux de reconstruction de la Sonara n’ont pas encore débuté, ni même fait l’objet d’une signature de contrat.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé