› Eco et Business

Cameroun: Installation timide pour le Fonds monétaire africain

Une délégation de la Commission de l’Union africaine est au Cameroun pour suivre les évolutions en cours

René N’Guettia Kouassi, directeur, département des Affaires économiques de la Commission de l’Union africaine est arrivé au Cameroun depuis deux jours. Dans les coulisses de la primature du ministère des Relations extérieures et du ministère des Finances, les discussions se poursuivent. Le Fonds monétaire africain (FMA), devrait prendre ses locaux dans l’immeuble du Crédit agricole (en face de l’immeuble ministériel N°2). La cérémonie officielle de remise des clés s’est déroulée cette semaine. La phase qui vient de s’achever n’est que le début de l’installation de l’institution qui devrait durer encore des années.

Réné Kouassi en a présenté les contours dans une interview accordée au quotidien cameroon-tribune. Les autres membres du Comité sont en voie de recrutement par la Commission de l’Union Africaine. Ce Comité a en principe une année pour rendre son rapport contenant les propositions d’établissement du Fonds Monétaire Africain a-t-il affirmé. Après validation de ces propositions par les experts puis, par les dirigeants politiques des Etats membres de l’Union africaine, les textes constitutifs et ceux définissant les modalités de fonctionnement du FMA seront soumis aux instances de l’UA pour adoption. S’agissant d’un fonds, les souscriptions par les Etats membres devront être ensuite libérées avant le lancement de ses opérations ajoute-t-il.

Le Fonds monétaire africain sera chargé de faire des études sur les évolutions de la politique macroéconomique de l’Afrique, en se fondant sur le système du Fonds monétaire international (FMI), pourtant critiqué par quelques pays africains pour l’extrême rigueur de ses politiques économiques. La création du Fonds Monétaire Africain est une mesure manifestement destinée à mettre l’Afrique sur la voie de l’autonomie économique. Il facilitera une définition plus réaliste des objectifs économiques en collaboration avec deux autres institutions financières africaines autonomes. Le fonds qui s’établit dans une réelle difficulté aura de nombreux problèmes à surmonter.

Sa création est survenue dans un contexte où se posait le problème de son opportunité. Au niveau des chefs d’Etats africains, il n’y a toujours pas vraiment unanimité puisque aucun suivi réel n’a été apporté à la création effective du FMA. L’Afrique sur cet objectif est très en retard par rapport aux autres régions du monde. Pourtant de nombreux experts affirment que bien instrumentalisée, cette nouvelle entité pourrait aider à organiser le respect des critères de convergence aux niveaux sous-régional et régional et promouvoir la compétitivité des économies africaines. Pour cela, il faudrait que les Etats africain s’accordent sur la réduction des barrières à la compétition. Il faudrait pour cela s’investir dans les infrastructures. Ensuite il faudrait que soit crée un environnement prévisible et transparent des affaires. Ainsi, une confiance retrouvée auprès des investisseurs, un processus dynamique d’apprentissage, une élimination des limites démocratiques et des entorses à la liberté d’entreprendre demeurent des conditions de réussite de l’institution. L’Afrique actuelle est encore trop divisée par des considérations de souveraineté, parfois rattaché à un seul homme.


lewebpedagogique.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut