Personnalités › Success Story

Cameroun: Jean Louis Mazo, un délégué du gouvernement plein de modestie

Le tout premier magistrat de la ville de Kribi n’aime pas les choses extravagantes

Il est à la vérité difficile de franchir les paliers du harem de Jean Louis Mazo au quartier Boamanga à Kribi, sans être émerveillé par la qualité des fleurs qui se répandent dans la cour de celui dont le destin a basculé il y a quelques semaines, à la faveur des décrets du Président de la République nommant les délégués du gouvernement des quatorze communautés urbaines du Cameroun. Une nomination qui n’a rien enlevé à ce fils Batanga dont la couleur de la peau fait assurément penser à une race intermédiaire, les métis. Cet état de choses ne l’embarrasse outre mesure. Lui qui reçoit à longueur de journée de nombreuses visites des autorités, des élites mais aussi de ses voisins, du bas peuple.
Il les reçoit dans une ambiance extraordinaire. Un peu de bon vin, des cacahouètes.pour planter le décor d’un entretien qui n’en finit pas certes de livrer des histoires sur les tranches de vie de Jean Louis Mazo appelé dans un capharnaüm de grosses légumes à gérer la cité de Kribi. Lui qui ne constituait pas un concurrent sérieux a été tiré par la magie du décret présidentiel pour tenir les clés de la ville de Kribi. Ce qu’il assimile à une confiance extrême du chef de l’Etat à l’endroit de sa modeste personne.

Une confiance qui lui avait déjà été faite le 21 décembre 1970, lorsque détenteur de son baccalauréat obtenu Lycée Leclerc à Yaoundé, il est enrôlé parmi les cadres de la présidence de la république en qualité de contractuel d’administration. Le temps de se faire la main, il est fait chef de bureau du fichier, un service d’ordre de la présidence de la république. Jean Louis Mazo se souvient à cette époque là que rien ne lui avait été servi sur un plateau comme c’est le cas aujourd’hui. J’ai eu une enfance normale. Ma maman veillait sur ses enfants afin que nous allions à l’école et que nous révisions nos leçons parfois sous des lampes tempêtes. C’est cette expérience qui a forcé mon moral de travailleur et de bosseur. Des qualités qui sont toujours récompensés au moment où on s’attend le moins.
Louis Mazo fait ainsi allusion à sa nomination au poste de délégué du gouvernement, alors même qu’il assumait les fonctions de secrétaire général de la commune de Lokoundjé, toujours dans le département de l’Océan. Mais la discrétion au plan politique de Mazo comme on l’appelle affectueusement à Kribi a, semble t-il joué un rôle dans sa nomination. Ce d’autant qu’il avait jusqu’ici occupé des postes dont la délicatesse avait de quoi nécessiter la personnalité.


journalducameroun.com)/n

Après son passage à la Présidence de la République en effet, Jean Louis Mazo est nommé chef de secrétariat particulier et régisseur de la caisse d’avance du ministre de la Défense de l’époque Jerôme Abondo et plus tard chargé d’études assistant à la direction des affaires règlementaires.
Mais l’environnement est quelque peu confus et au terme de ses vacances au début des années 1990, il demande à être affecté à Kribi pour se mettre au service de sa communauté. Laquelle est sujette à des problèmes de tous ordres. Il est alors en 1994 affecté à la Préfecture de Kribi. Tour à tour, il occupe les fonctions de Chef de bureau de l’action économique et de chef de bureau de la réglementation du personnel. Il se frotte alors aux réalités du terrain, avant d’être appelé en octobre 1998 aux fonctions de secrétaire général de la commune urbaine de Kribi. Mais des pesanteurs jaillissent entre temps. Jean Louis Mazo migre alors en 2005 à la commune rurale de Kribi comme Secrétaire général. Des fonctions qui lui sont dévolues en 2007 à la commune de Lokoundjé. Jean Louis Mazo est un proche de la famille Benae en raison de ce que sa grande s ur est l’épouse du général défunt, une posture qui a fait croire qu’il a un parti-pris. Mais il est considéré en définitive dans la bataille larvée que se livrent les élites de l’Océan, comme un non-aligné.
Une posture semble t-il idéale pour conduire les grandes réformes qui s’imposent dans la ville de Kribi. Il y pense sans doute. Parce que, je ne changerais pas d’attitudes. Je serai comme j’étais avant. J’irai au travail comme d’habitude dès 7h. Il n’est pas exclu que j’aille au bureau en taxi. Je voudrais rester le même. Je voudrais être au service des populations pour conduire mes réformes. Des idées, il en a plein la tête, je veux que Kribi assume sa stature de ville balnéaire, qu’elle soit une cité pas comme les autres.

Mais Jean Louis Mazo, le tout premier délégué du gouvernement de la communauté urbaine de Kribi est d’une simplicité qui détonne sur le plan vestimentaire. Depuis que j’ai quitté Yaoundé, je porte très peu les costumes. Je m’habille de vêtements légers parce qu’il fait quand même chaud. Il dit ne pas être extravagant dans le port des chaussures et des pantalons. J’ai renvoyé il y a quelques jours une chaussure à la mode que venait de m’envoyer un de mes enfants. Ça ne me plaît pas, je ne porte pas de pointinini. J’aime les coupes classiques. Une attitude qu’il développe vis-à-vis des véhicules. Lui qui dit ne pas aimer pas les grosses voitures, sauf des véhicules de marque Honda où des 4X4 de calibre moyen.
Des goûts qui sont également ceux de sa tendre épouse Chantal Mazo. Elle qui est du second lit, a fait trois enfants à Jean Louis Mazo qui de son premier mariage a eu cinq enfants. Ce père de huit enfants a selon Chantal Mazo, un programme de travail déroutant. D’après elle, il se lève très tôt le matin autour de deux heures tous les jours. Il travaille à ces heures là. Mais cela ne me gêne pas parce que je me suis habituée et je travaille déjà un peu comme lui. Chantal est pour Mazo la confidente. Je lui dis tout et nous discutons de tout. Elle me conseille sur plusieurs sujets et cela participe à prendre des décisions. Elle s’emploie par ailleurs à lui faire des mets qu’il apprécie. Jean Louis Mazo est friand de légumes, de poissons et de fromage.

Kribi
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut