Politique › Institutionnel

Cameroun: Jean Robert Wafo dénonce la communauté urbaine de Douala

Interview du conseiller municipal SDF au sortir de la session budgétaire de la mairie de Douala 2e.

Comment se sont déroulés les travaux malgré la grève de certains agents communaux?
Nous avons certes fait un tour d’horizon du budget, mais nous avons aussi examiné les problèmes, notamment ceux d’une partie du personnel qui a grevé. Je tiens d’abord à préciser que le droit de grève est un droit reconnu, mais le conseil a clairement indiqué que les négociations se poursuivent pour qu’on aboutisse à un meilleur résultat. Il convient de dire qu’au moment de la mise sur pied de la commission d’assainissement du fichier solde dont je fais partie, on avait constaté que les dépenses du personnel englobaient pratiquement 80% des dépenses effectuées. La commission des finances avait fait des recommandations que le conseil a adoptées en séance plénière. La commission a rendu son rapport que le préfet a visé. Depuis le mois de mars 2009, les salaires sont donnés suivant la grille de la commission d’assainissement du fichier solde. J’entends les gens dire qu’ils n’ont pas reçu l’augmentation de 15% tel qu’indiqué par le décret présidentiel. C’est faux. La commission a fait un travail et le salaire de base s’est appuyé sur le décret de juillet 2000 du Président de la République parce qu’en l’absence de la convention collective des employés communaux, il faut bien qu’on se réfère à un texte. Et le texte actuellement en vigueur est le texte portant rémunération des personnels relevant du code du travail.

Jean Robert Wafo
Journalducameroun.com)/n

Que dit exactement ce texte?
Sur le salaire de base, je rappelle d’abord qu’il y’a quelques jours, le ministre des finances a prescrit que tous les avantages et les indemnités indus ne seront pas acceptés. Quel est le problème ? C’est qu’en 2008, la mairie sombrait presque, il y’avait risque de banqueroute. Fallait-il laisser que la mairie sombre ? Non ! La commission des finances a donc fait des propositions qui ont abouti à cela. Aujourd’hui, nous avons une masse salariale de près de 380 millions de FCFA, les recettes prévisionnelles, c’est plus d’un milliard de F CFA. Si ces recettes sont exécutées à hauteur de 100%, ces dépenses du personnel vont prendre pratiquement 27,8% de la dépense globale. Quand on compte les trois derniers chiffres déclinés par les trois derniers comptes administratifs, le taux de réalisation est de 60%. Ça veut dire que si il n’y a pas d’effort au niveau des recouvrements, on glisse pratiquement dans les 40%. La loi sur le régime financier des collectivités territoriales votée en juin 2009 par l’Assemblée Nationale et promulguée par le Président de la République, indique clairement, que les dépenses du personnel ne doivent pas excéder 21% de la dépense globale. Il faut donc faire les effort, et l’effort, c’est de faire sauter cette forme de décentralisation centralisée.

Pourquoi?
Parce que quand on prend les recettes de toutes les communes de la ville de Douala déclinées par les trois derniers comptes administratifs, ça tourne autour de 3 milliards de F CFA. Mais, nous avons une communauté urbaine qui a des recettes obèses, qui tournent autour de 37 milliards de F CFA. Vous constatez bien que, les recettes cumulées annuelles de toutes les six mairies d’arrondissement, représentent 10% des recettes de la communauté urbaine de Douala en un an. Ça pose un problème, car ce que les communes réalisent en un an comme recette, la communauté réalise cela en 45 jours, est ce que c’est normal ? Est-ce que c’est la décentralisation ? Non, il faut qu’on arrête.

Hôtel de ville de Douala 2e
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé