Société › Société

Cameroun: Journée portes ouvertes au Ministère de la communication.

C’était une opportunité offerte aux jeunes de découvrir les différents métiers du secteur de la communication

Le hall du ministère de la Communication était envahi ce mardi matin par de nombreux jeunes qui ont tenu à prendre une part active à cette rencontre organisée par le Ministre Jean Pierre BIYITI BI ESSAM en collaboration avec les partenaires des secteurs public et privé représentant les différents métiers de la communication. Cette journée offrait ainsi une occasion inespérée d’un échange direct entre les élèves et étudiants et les potentiels employeurs de demain qui pourraient les inspirer à créer aussi des structures autonomes.
Parmi les structures présentes au MINCOM, la SOPECAM conduite par son directeur général, Marie Claire NANA. Dans ce stand, les élèves ont été édifiés sur la collecte des informations sur le terrain, la conférence de rédaction de cameroon tribune, et des autres organes tels que « week-end » et « nyanga ». Le stand de l’imprimerie nationale a permis aux jeunes d’avoir des connaissances sur les mécanismes de fabrication d’un journal ou d’un livre. Les responsables de l’imprimerie nationale ont exposé leurs uvres notamment le code penal de la république 2001, le code du travail, le régime foncier et domanial, le code de procédure pénal entre autre.

La télévision nationale avait également son stand. Jean Pierre Effouba Onana, journaliste et ses collaborateurs, expliquaient aux jeunes, le système de fonctionnement des différentes directions de la CRTV, la production et la réalisation d’un journal télévisé (JT) sans pour autant oublier de parler de leur propre expérience professionnelle.


journalducameroun.com)/n

Au niveau du stand de Radio Tiemeni Siantou (RTS), plusieurs jeunes étaient regroupés autour de Mr Benjamin NYOUM, enseignant de « La collecte et le traitement de l’information » à l’Institut Siantou Supérieur. Il échangeait avec les jeunes sur les questions relatives aux métiers de journalisme mais aussi de la communication de l’entreprise, l’une des filières du complexe universitaire Siantou. Le stand de l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication ( ESSTIC) a permis aux jeunes de découvrir les différentes filières, anciennes et nouvelles, de cet établissement qui a déjà formé bon nombre de communicateurs camerounais et étrangers.

Dans le sous secteur de la publicité, on compte soixante six régies de publicité, vingt-sept agences conseil. Et dans le sous- secteur de l’imprimerie, le Cameroun compte plus d’une centaine d’entreprises recensées. Deux sous secteurs sortent du lot à savoir la communication globale et la presse cybernétique. Ces différentes branches énumérées son,t selon le Ministre Jean Pierre BIYITI BI ESSAM « Autant d’opportunités d’emploi direct et de possibilités d’auto emploi dont les jeunes ne sont pas suffisamment imprégnés »


journalducameroun.com)/n

Pour nourrir leur curiosité, les jeunes ont également visité les stands de quelques régies publicitaires et des medias privés tels que le groupe l’Anecdote, New TV.
Le ministre de la communication s’est dit heureux de la présence massive des jeunes à ce rendez-vous qui célèbre la volonté commune de rechercher le mieux être pour la jeunesse camerounaise à travers les métiers de la communication. A ce jour, le secteur privé de la communication compte, dans le sous secteur de l’audio visuel, huit chaînes de télévision, soixante stations de radio diffusion, une vingtaine de télé distributeurs agréés et dans le sous secteur de la presse écrite, le Cameroun compte quatre quotidiens et six cent journaux à périodicité variable.


journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut