CultureCulture › Arts visuels

Cameroun: La 5ème édition du festival Kolatier se prépare

L’évènement se déroulera à Douala du 17 au 20 novembre 2010 à Douala

Pour son cinquième anniversaire, le «Kolatier» change de contenu. La bourse aux spectacles d’Afrique centrale se met désormais au service des cultures africaines, en devenant tout simplement, le marché des musiques d’Afrique. Le Kolatier se transforme ainsi en une plate-forme où les professionnels de l’art musical se rencontreront pour échanger, vendre et faire découvrir les cultures du monde. Cette réorientation du festival a été dévoilée cette semaine, au cours d’un point de presse à Bonapriso à Douala. D’après le regroupement des professionnels des arts et cultures d’Afrique centrale, Repac, initiateur de l’évènement, il est devenu, au fil des éditions, très difficile de gérer trois disciplines contenues dans le concept d’origine, à savoir: le théâtre, la musique et la danse. Le manque de moyens financiers dont souffrent les évènements culturels au Cameroun a contraint le comité d’organisation à laisser en suspens le théâtre et la danse, pour ne se consacrer qu’à la musique dorénavant.

Plusieurs délégations attendues à Douala!
Cette année, le «Kolatier» accueillera des délégations des professionnels en provenance d’Afrique, d’Europe et d’Amérique. Il s’agit notamment des représentants des labels de musique, des distributeurs, des éditeurs, producteurs, managers, promoteurs de festivals. Les représentants d’institutions, de réseaux culturels sont également attendus à Douala. Pendant quatre jours, le festival donnera aussi l’occasion à plusieurs groupes musicaux de prester sur scène. Occasion pour ceux-ci de démontrer leur talent et d’avoir l’opportunité d’être sollicités par les professionnels pour d’autres évènements d’ici comme d’ailleurs. En outre, le «Kolatier» sera comme par le passé, un lieu d’échange entre les professionnels de la culture et les journalistes africains. Très attendu dans le même sillage, un symposium sur le thème: «la musique au c ur du développement de l’Afrique». Les débats poseront donc, la problématique de la musique comme moteur de développement du continent africain.

Délocalisation
Par ailleurs, le «Kolatier» change de lieu et quitte de la salle des fêtes d’Akwa pour installer son village à la Place du gouvernement à Bonanjo. Une délocalisation qui vise à mobiliser d’avantage le public, d’après le comité d’organisation que dirige Luc Yatchokeu.

Luc Yatchokeu du comité d’organisation
Mutations)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut