› Eco et Business

Cameroun: La baisse du prix du pain n’est pas entièrement effective à Douala

Le pain coûte 150F CFA à certains endroits, et 125F CFA à d’autres

Les consommateurs ne savent plus à quel saint se vouer.

Le constat dans la ville de Douala est clair: nombreux sont les consommateurs qui achètent encore la baguette de pain au prix de 150F CFA. A chaque fois, une discussion entre le client et le vendeur éclate, l’un s’insurgeant contre le fait que le prix ne soit pas revu à la baisse comme annoncé, l’autre tentant d’expliquer les raisons de la situation. Au quartier Akwa, nous rencontrons un jeune camerounais d’une vingtaine d’années, sur sa tête, un plateau contenant des ufs durs, des boîtes de sardines, de la mayonnaise, accroché à son bras, un sac de pain. Il dit vivre un véritable calvaire avec ses clients au quotidien: on nous a dit que le prix du pain devait baisser, mais jusqu’aujourd’hui, rien n’a baissé. J’ai même essayé dire à mon livreur que j’ai entendu à la radio qu’on devait baisser le prix du pain. Lui aussi, me répond qu’il a entendu cela et que si on baisse à la boulangerie, lui aussi, il va baisser. Jusqu’à présent, rien du tout. Ce matin, il est venu me livrer comme d’habitude, et me dit que le prix n’a pas toujours changé. Il poursuit presque avec colère: mes clients se plaignent chaque jour. C’est seulement par ce que je vends dans une zone où tout le monde me connaît, si non, on me ferait beaucoup de problèmes par ce qu’ils se disent qu’on a baissé à 125F CFA et que je refuse de baisser à mon niveau. Or, ce n’est pas le cas. Comme lui, nombreux sont les vendeurs qui se trouvent dans cette situation embarrassante, tandis que d’autres vendent le pain à 15O F, ailleurs, on retrouve le même produit au prix de 125F CFA. C’est le cas du jeune Patrick, qui tient une boutique au quartier Cité Cicam à Douala.

Si l’application à double vitesses de la réduction du prix du pain dans la cité économique semble provoquer de plus en plus une incompréhension auprès des consommateurs, tous sont unanimes à l’instar des associations de défense des droits des consommateurs, que les principaux responsables de la situation actuelle, sont les boulangers. Rencontré dans une boulangerie de la place, un boulanger qui a requis l’anonymat explique: Nous sommes bien évidemment au courant de l’annonce de la baisse du prix du pain par ce que les journaux en ont parlé, mais pour l’instant, nous n’avons pas encore des instructions venant de la part de notre syndicat et qui découlent du protocole d’accord signé par le ministre. Donc, nous attendons encore des instructions. De même, les boulangers ne cessent de répéter à cor et à cri qu’ils n’ont pas été associés aux négociations sur la baisse du prix du pain récemment tenues à Yaoundé entre le ministère du commerce et les acteurs de cette filière. Faux! Rétorquent immédiatement les associations nationales des consommateurs.

Delor Magellan Kamguaing, le président de la ligue nationale des consommateurs dans une sortie médiatique a été très clair : « les négociations se sont déroulées en présence des représentants des boulangers, que ce soient des boulangers syndiqués ou non syndiqués. Nous sommes très surpris qu’après les baisses des prix du sac de la farine, que les boulangers refusent d’appliquer aussi cette baisse. Le prix de 105F CFA pour les détaillants a été fixé, c’est-à-dire ceux qui achètent pour aller revendre dans les boutiques, mais ceux qui vendent directement aux comptoirs, vendent à 125F CFA, car les prix de la farine ont baissé d’environ 1 5OOF CFA depuis la signature du dernier protocole. L’accord a été paraphé par un représentant de la filière et nous étions là pour représenter les consommateurs ». Dans un contexte marqué la lutte contre la vie chère comme c’est le cas au Cameroun, l’on doit saluer les efforts gouvernementaux dans cette optique. Pour le président Kamguaing, la question ne doit pas tourner au tour de qui a représenté les boulangers, mais la préoccupation essentielle, est de savoir si les boulangers ont un peu de patriotisme en eux, s’ils ne sont pas uniquement cupides ? Logiquement, le syndicat patronal qui bénéficie de cette offre là depuis pratiquement 6 mois, doit comprendre qu’il est temps pour eux d’appliquer, si non, ne plus acheter le sac de farine au prix bas.

En attendant que la baisse du prix du pain, soit effective partout à Douala, les consommateurs demandent également que le prix du kg de viande soit revu à la baisse, ainsi que le coût de la communication sur le téléphone mobile. Le Cameroun étant présenté comme l’un des pays où ledit tarif est encore plus cher en Afrique.


Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut