Société › Société

Cameroun: la contribution du Japon au dégazage du lac Nyos

L’ambassadeur du Japon au Cameroun, Kunio Okamura, a réitéré dans ce sens la sollicitude de son pays, d’où la présence des responsables de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica)

Le Japon va continuer d’apporter son expertise technique et financière au Cameroun pour le « dégazage complet » du lac Nyos, dans le Nord-ouest, où l’émanation d’un gaz toxique le 21 août 2016, avait tué près de 1800 personnes et décimé plus de 4000 têtes de bétail.

L’ambassadeur du Japon au Cameroun, Kunio Okamura, qui vient de séjourner sur le site du lac en compagnie des experts de l’Institut de la recherche géologique et minier (IRGM), a réitéré la sollicitude de son pays, d’où la présence des responsables de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

Les experts japonais, a indiqué le diplomate, resteront sur place jusqu’au mois de mars 2016 pour faire le monitoring des activités en vue de mieux évaluer la situation du lac où deux colonnes servant de support de dégazage ont été installées depuis plusieurs années.

A en croire des experts, trente ans après le désastre, la menace d’une autre émanation ne serait pas totalement écartée même si les opérations du dégazage entrepris avec l’appui des Etats-Unis, de la France et du Japon notamment, ont permis d’évacuer une bonne partie du gaz mortel.

Un retour à la normale à l’origine du repeuplement des localités environnantes où les pouvoirs publics, avec l’appui des partenaires au développement, ont multiplié des initiatives devant permettre de retrouver les conditions de vie appropriées.

La catastrophe s’est produite dans le Nord-ouest du Cameroun.
Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé