› Personnalités

Cameroun : la DG de Camtel recadrée pour des multiples voyages sans autorisation

Judih Yah Sunday, DG Camtel

La Directrice générale de la Cameroon Telecomunications aurait effectué ces missions sans l’autorisation préalable de sa tutelle, violant ainsi les dispositions d’une circulaire du premier ministre datant de 2018.

Le ministre des Postes et télécommunications recadre le directeur général de Camtel. En cause, plusieurs voyages effectués sans l’accord de la tutelle. C’est donc un rappel à l’ordre que le ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, a adressé le 3 novembre année courante au directeur général de la Cameroon Telecommunications (Camtel), Judih Yah Sunday.

« Outre le fait que ces déplacements récurrents s’effectuent en violation des textes en vigueur, les rapports ou comptes rendus y afférents ne parviennent pas toujours à mon département ministériel ».

En effet, les missions à l’étranger au sein de l’administration publique camerounaise sont subordonnées à une autorisation préalable de la tutelle. Et le cas échéant, c’est la ministre des Postes qui devrait marquer son accord à un déplacement de la DG dans le cadre professionnel. Ce qui n’est pas souvent le cas.

La patronne de CAMTEL se retrouve ainsi à violer les dispositions d’une circulaire du premier ministre chef du Gouvernement, datant du 23 février 2018. Celui-ci écrivait alors : « L’attention du Président de la République a été appelée de manière récurrente sur plusieurs dérives observées dans le cadre des missions et déplacements à l’étranger des présidents des conseils d’administration, administrateurs, directeurs généraux et directeurs généraux-adjoints des entreprises et établissements publics. Outre le fait que certaines de ces missions s’effectuent sans autorisation préalable des autorités de tutelle compétentes, leur plus-value pour l’entreprise ou l’établissement public concerné(e) n’est pas toujours établie ».

Retro

Ce n’est pas la première fois que cette dernière est rappelée à l’ordre. En janvier 202, Judith Yah Sunday avait été pressée de surseoir certaines nominations pour « irrégularités ».

« J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir surseoir à l’exécution de la note de service n° 005/DG/DRH/SGCR du 8 janvier 2021 portant désignation des intérimaires à la Société Cameroon Telecommunications [Camtel], qui présente des irrégularités », écrivait Mohamadou Saoudi, président du conseil d’administration (PCA) de l’opérateur public des télécoms du Cameroun le 11 janvier à Judith Yah Sunday.

Il précisait qu’en « cas de nécessité, une proposition conséquente devra être présentée au prochain conseil d’administration envisagé à la fin du mois de janvier [2021], dans les formes prescrites par la réglementation en vigueur ».

Ce courrier du PCA faisait suite à une pression de Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel). Dans une correspondance, datée du 11 janvier également, elle s’est opposée au lancement du réseau mobile Camtel.

Argument, en dehors du déficit stratégique et technique, Minette Libom Li Likeng reprochait à Judith Yah Sunday d’avoir préféré constituer « une task-force de 170 personnels en lieu et place de la business unit mobile sans aucune précision sur les missions et les aspects liés à la gestion de cette unité ».

 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé