Société › Société

Cameroun: La gratuité de l’établissement de la carte nationale d’identité draine les foules

La délivrance de la carte nationale d’identité (CNI) sera gratuite jusqu’au 31 août 2011

De la facilitation à la gratuité
C’est depuis le 3 janvier 2011 que le chef de l’Etat a pris une mesure visant à faciliter les conditions d’établissement de la CNI. Dans l’optique d’encourager les Camerounais à s’inscrire sur les listes électorales, il a signé un décret ramenant à 2.800 Fcfa les frais d’établissement de la carte d’identité. Ce qui a surtout poussé le chef de l’Etat Paul Biya à décréter la gratuité, c’est la faible et maigre moisson enregistrée sur le terrain par Elecam qui n’arrivait toujours pas à faire un grand bond, malgré des faramineuses sommes englouties dans les campagnes d’inscription sur les listes électorales. En baissant le coût de la pièce de moitié, le chef de l’Etat a permis à des milliers de Camerounais d’avoir non plus seulement la possibilité de s’inscrire sur les listes électorales, mais aussi et surtout, une identité officielle. Une mesure qui devait en principe prendre fin le 30 avril 2011, mais l’expérience a montré que l’allégement des conditions d’obtention de la carte nationale d’identité s’imposait, au regard de la forte demande suscitée par la mesure présidentielle. Entre temps, des voix se sont élevées à travers le pays pour solliciter une prorogation de cette date. Une vingtaine de jours après la date du 30 avril, le chef de l’Etat a pris un autre décret présidentiel rendant gratuit la fabrication du sésame. Sur le terrain, l’on a très vite compris la nécessité de cette gratuité. C’est donc par vagues que les Camerounais répondent à l’appel. D’abord timidement, comme pour s’assurer de l’effectivité, puis de plus en plus massivement, au fur et à mesure que l’on se rapproche de la date du 31 août.

Un déploiement exceptionnel des services d’identification
La délégation générale à la sûreté nationale s’est mis à la hauteur du défi. Des postes mobiles d’identification ont ainsi été déployés dans les zones reculées du pays, dans un souci de proximité. L’idée étant de ne pas faire en sorte que l’usager paie en transport, ce qu’il économise sur les droits de timbres notamment. Il s’agit principalement de l’exemption des frais de timbre sur les copies de pièces d’état civil exigées, de la gratuité des imprimés de demandes et certificats de nationalité, l’exemption du droit de timbre et de la redevance du greffe lors des demandes et de la délivrance des certificats de nationalité, de la mise en place et du déploiement d’équipes mobiles d’identification, notamment en milieu rural, du renforcement des équipes de travail dans les 350 postes fixes d’identification et dans les centres de production et d’authentification, La réouverture des postes d’identification jusqu’alors fermés et éventuellement la création des nouveaux postes d’identification au gré des besoins exprimés.

De nombreux Camerounais ont ainsi pu se faire établir la CNI, même si beaucoup d’autres ne pourront pas en profiter parce qu’ils ne possèdent pas d’acte de naissance. D’autres n’ont pas encore tout simplement vu passer les équipes mobiles d’identification. Pour tous ceux là et pour bien d’autres raisons, la carte nationale d’identité ne devrait-elle pas se faire gratuitement en tout temps, c’est-à-dire en dehors de toute contrainte électorale ?

De nombreux usagers veulent obtenir la Carte nationale d’identité (Hôtel de ville de Ngaoundéré 3e)
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé