Société › Société

Cameroun: La miss supranational 2010 demande un droit de réponse

Destituée après son élection, la jeune femme a organisé une conférence de presse pour donner sa version des faits

Je n’ai pas triché sur ma taille
Estelle Crescence Essame, la gagnante déchue du concours Miss Supranationale, a organisé ce lundi 5 juillet 2010, une conférence de presse pour présenter des documents comme preuves contre les allégations des responsables qui l’ont destitué. Apres cet épisode, la presse a fait choux gras de ce scandale en dévoilant à la face du monde le linge sale de l’évènement. J’ai été traitée de tous les noms, et souillée affirme la jeune femme. Dans son point de presse, elle a commencé par dénoncer les titres accusateurs des médias qui s’en sont «donnés à c ur joie de ses déboires». Elle a cité textes à l’appui, les allégations qu’elle juge fausses de plusieurs média dont Le Messager, Mutations, le quotidien national Cameroon Tribune, ainsi que un enregistrement radiophonique d’une radio privée. Elle a également présenté sa CNI et son récépissé où est mentionné «1m71». Des pièces qui datent d’avant l’introduction du concours au Cameroun, voulant ainsi prouver qu’elle n’a pas établi ce document juste pour participer à l’évènement et améliorer certains avantages. La jeune lauréate a aussi dévoilé avoir joint au téléphone M. Sama Ndango, l’organisateur qui réside à Londres. Celui-ci a d’abord affirmé ne pas être au courant de la destitution, puis a fini par affirmer qu’elle n’avait pas la taille exigée pour prétendre au concours. Estelle affirme aussi qu’elle s’en est requise auprès de la WBA qui d’après ses déclarations à elle n’a jamais reçu de photos de la finale du Cameroun. Ils ne seraient pas informés des troubles qui ont surgis et ne se reconnaissent pas dans les exigences de 1m70 requises aux candidates. Estelle a par ailleurs révélé quatre profils d’autres candidates à l’instar de la représentante du Pays de Galles qui mesurent 1m68 et est finaliste pour le sacre en la Pologne en août prochain.

Le problème
Selon les organisateurs responsables du concours Estelle Essame n’aurait pas la taille requise pour prétendre au titre et représenter le Cameroun en Pologne. D’après Silva Ebelle l’un des responsables de l’agence Isango, la WBA exigerait une taille minimum de 1m70 et Estelle Essame n’aurait que 1m67. La WBA aurait reçu les photos de l’élection et émise des doutes quant à la taille réelle de la lauréate. Il affirme donc qu’Estelle Essame aurait triché sur sa taille. Les organisateurs locaux affirment eux, que s’ils ont acceptée Estelle Essame pour la course c’est parce qu’ils se fiaient aux inscriptions de 1m71 marquée sur la Carte Nationale d’identité (CNI) de cette dernière. Silva Ebelle affirme qu’ils se sont rendus dans un commissariat pour procéder à la vérification. Le certificat de toise (un instrument qui permet de mesurer la taille) a rendu son verdict, et établi qu’Estelle Essame avait une taille de 1 m 67, donc inéligible pour le concours. Nous avions disqualifié plus de 120 candidates qui avaient moins de 1,70m requis. Nous avons la chance d’avoir une licence au Cameroun (parmi les quatre licences octroyées à l’Afrique) pour organiser ce concours. Il faut donc que nous l’organisions dans l’intégrité et la vérité. Si par extraordinaire, elle réussissait à passer à travers nos mailles, la candidate, une fois à Varsovie en Pologne, passe une première épreuve à l’aéroport: la toise. Elle devait donc être rapatriée immédiatement au Cameroun, a précisé Silva Ebelle

Miss Supranational, un concours de beauté international
Il est à ce stade difficile de savoir ce qui s’est réellement passé. Estelle Essame affirme ne rien comprendre à tout cela. La jeune fille dit avoir été hospitalisée. C’était très dur tout ce qu’on a dit sur moi dans les médias précise-t-elle. A ses yeux, les raisons d’un tel droit de réponse résident dans le fait que le Cameroun ne doit pas être souillé par de tels individus qui doivent adopter des comportements responsables et ne plus rouler les autres dans la farine. Miss Supranational International est un concours de beauté organisé chaque année et coordonné par la WBA (World Beauty Association). Pour une première au Cameroun, l’édition nationale a été organisée sous la coordination de M. Sama Ndango, un opérateur culturel basé au Royaume uni. Muni d’une licence d’agrément pour quatre pays dont l’Afrique du Sud, l’Angola et le Nigeria Sama Ndango a la charge d’élire des représentantes nationales qui devront concourir pour le sacre mondial en août de chaque année. Pour l’édition 2010 du Cameroun, la Mora Moda Ltd s’est entourée de partenaires dont l’Agence de Marketing et d’événementiel ISANGO Cameroun pour la gestion de l’élection dans son ensemble.

Estelle Cresecence Essame, miss Supranationale lors de son point de presse
Journalducameroun.com)/n


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé