Société › Société

Cameroun: La police nationale recrute

9400 postes à pourvoir ; l’âge limite revu de trois ans ; le délai des candidatures est fixé au 6 février 2015

La police nationale lance un recrutement pour 9400 postes sur les deux années à venir, à raison de 4700 par an, a informé hier le Délégué général à la sûreté nationale (DGSN) Martin Mbarga Nguélé, au cours du journal de la mi-journée sur la radio publique nationale. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 6 février 2015.

Le recrutement au sein de la police a été publié sur 52 avis de concours. Des précisions seront apportées dans les émissions spécialisées de la police sur la CRTV («Canal police») et également sur le site web de la DGSN (dgsn.cm, ndlr).

On sait toutefois que le concours direct concerne, entre autres, le recrutement de 2900 élèves gardiens de la paix, 750 élèves inspecteurs, 190 officiers, 75 élèves commissaires.

«Nous publions 52 avis de concours, on peut se demander pourquoi. Nous avons des besoins réels, des besoins spécifiques. Il faut donc répondre à ces nécessités-là. Chaque avis de concours répond à un besoin spécifique de la sûreté nationale. Il faudrait que nos unités soient vraiment opérationnelles. Il faudrait que nous ayons des ingénieurs, des médecins, des informaticiens. Il faut préciser que ces gens-là, qui viennent avec des formations spécialisées, seront d’abord formés comme des policiers, indépendamment de leur spécialité», a expliqué le Dgsn.

Martin Mbarga Nguélé a assuré qu’ «il n’y aura pas de monnayage, la procédure étant informatisée et les candidatures anonymes jusqu’à la proclamation des résultats.» Un numéro vert, le 1500, a été mis en place pour signaler d’éventuel cas d’abus ou de tentative de corruption. Des équipes sont par ailleurs mises en place au niveau de chaque région, a-t-il ajouté.

Les candidats seront confrontés à deux épreuves: Une épreuve de culture générale, et une épreuve technique selon la spécialité suivie. «Des dispositions sont prises pour que tous les jeunes du pays puissent être représentées, mais c’est le mérite qui va prévaloir au bout du compte», d’après le Délégué.

Les jeunes camerounais qui postuleront pourront bénéficier des dispositions d’un arrêté du 15 septembre 2015 qui ajoute trois ans à la date limite fixée au recrutement à certains postes.

Ainsi, pour les gardiens de la paix, qui avaient le plafond à 24 ans, ce plafond a été revu à 27 ans. Les inspecteurs de police, qui pouvaient concourir jusqu’à 25 ans, le peuvent désormais jusqu’à 28 ans. Pour les officiers de police et les commissaires de police, l’âge limite qui était de 27 ans, a été portée à 30 ans, «pour permettre à la majorité de jeunes de pouvoir présenter ces concours afin de répondre aux préoccupations de chômage de notre jeunesse», relève Martin Mbarga Nguélé.


delcampe.net)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé