Personnalités › Diaspora

Cameroun : la police sur traces d’un cabinet de trafic des passeports basé en France

La cheffe de la Division communication de la DGSN (Délégation générale de la sûreté nationale), informe l’opinion que, depuis la semaine dernière, une enquête est en cours, pour démêler les écheveaux de cette affaire.

Un Cabinet  parisien « Agrée et Assermenté » pour la facilitation de l’obtention des passeports camerounais, opèrerait dans l’illégalité selon un communiqué de la division communication de la police camerounaise publié le 17 juin 2020. Le cabinet en question exigerait  300 € (195 000XAF),  soit davantage que les frais exigibles à l’établissement normal d’un passeport, au motif de les élaborer en moins d’un mois.
La réaction de la Délégation nationale à la sûreté nationale (DGSN) découle d’une  vidéo en circulation sur la toile.   » qu’il soit relevé que depuis la semaine dernière, une enquête est en cours, pour démêler les écheveaux de cette affaire qui fait le buzz », informe le divisionnaire Joyce Mandeng.
La cheffe de la Division communication de la DGSN assure  aux camerounais vivant à l’étranger que : « en dépit de ce que depuis le début de l’année la Sûreté Nationale ait connu des perturbations dans la production des passeports, dues au changement d’opérateurs, des mesures internes ont été prises pour décanter la situation de tous les passeports en instance, notamment les cas dits de la diaspora« .
Elle conclut son communiqué en signifiant que : « instamment, nous nous acheminons vers la résolution formelle de cet écueil d’autant plus qu’une short list d’opérateurs a d’ores et déjà été arrêtée. D’ailleurs, dans un futur proche, un système informatique hyper sécurisé sera mis en place pour faciliter davantage l’obtention du passeport, que ce soit en ligne ou de manière physique.« 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé