Société › Société

Cameroun: La prison à vie requise contre le commandant Bamkoui

La partie civile exige par ailleurs 746 millions de Fcfa comme dommage et intérêts

Une nouvelle audience criminelle de l’affaire Bamkoui, s’est déroulée mercredi, 08 avril au tribunal militaire de Yaoundé. Au menu, la plaidoirie des conseils de la partie civile, ainsi que les réquisitions du commissaires du gouvernement qui représentaient le ministère public. On a également parlé finances au cours de cette audience. En effet, la partie civile demande la rondelette somme de 746 millions de F CFA de dommages et intérêts dont doivent bénéficier, les ayant droits, à savoir la famille de l’inspecteur de police Hervé Mapuro, qui avait été assassiné à Douala par le commandant Bamkoui. A propos de ce meurtre justement, le représentant du ministère public propose au président du tribunal militaire, d’appliquer les dispositions du code pénal qui en matière de meurtre, punies de l’emprisonnement à vie, celui qui cause la mort d’autrui. Dans le même sillage, le commissaire du gouvernement indique que l’arme remise aux officiers de police de la police judiciaire, est pour le service et non destinée à ouvrir le feu sur les concitoyens. Afin de donner un exemple aux hommes en tenue qui seraient amené à dégainer facilement, le commissaire demande une sanction forte à l’endroit du commandant Bamkoui, en occurrence la prison à vie, étant donné qu’il a reçu la formation nécessaire pour gérer avec lucidité tout incident.

Il faut faire comprendre à ceux ici présents et à l’extérieur, que nul n’est au dessus de la loi, a-t-il martelé. Outre la condamnation à perpétuité, il recommande des sanctions pécuniaires que devra payer le commandant Emile Bamkoui à titre de dommage et intérêt, d’où les 746 millions de F CFA demandés par la partie civile. De façon détaillée, les avocats de la famille éprouvée demandent 40 millions de F CFA comme dommages et intérêts relatifs à douleur causée par l’assassinat de l’inspecteur Mapuro, 30 millions de F CFA comme frais de funéraires, 35 millions de F CFA comme préjudice esthétique puisque la victime a été perforée à coup de balles, et dans le même ordre d’idée, 81 millions de F CFA comme préjudice de carrière. Il restait encore 27 ans de carrière pour l’inspecteur Maputo, affirme sa famille qui estime qu’il pouvait devenir le délégué général à la sûreté nationale à l’âge de 50 ans s’il était encore en vie. Malheureusement, il a été vite envoyé dans l’au-delà à coup de balles par le commandant Bamkoui.

Pas de circonstances atténuantes donc dans cette affaire, affirme la partie civile via ses conseils, car l’accusé n’a pas apporté une preuve claire qui corrobore la thèse de l’adultère. Selon la partie civile justement, ce n’est pas un dossier relatif aux faits d’adultère qui a été déposé sur la table du tribunal militaire de Yaoundé. Il doit de ce fait, appliquer la loi et rien que la loi, c’est-à-dire, requérir la condamnation à vie à l’endroit du commandant Bamkoui, comme souligné dans le code pénal. Relevons qu’on n’a pas beaucoup entendu parler les avocats du commandant d’escadron de gendarmerie lors de cette audience criminelle. Par ailleurs, pas de rebondissement dans la curieuse demande de la partie civile lors de la précédente audience. En effet, le commandant Emile Bamkoui avait été soupçonné de porter une arme par la partie civile. On se souvient que les avocats avaient alors demandé, que les justiciables et les accusés soient minutieusement fouillés avant leur rentrée dans la salle d’audience. Une demande que la partie civile avait expliqué par le fait qu’une arme ou objet similaire, avait été aperçu au niveau de la hanche du commandant alors qu’il était assis dans le box des accusés.
Le président du tribunal militaire de Yaoundé a renvoyé l’affaire au 21 avril prochain.

Inspecteur de police Hervé Mapuro assassiné
www.cameroun2011.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut