› Economie

Cameroun : la région du Centre est le plus grand foyer de corruption (rapport Conac)

Cameroun : la région du Centre est le plus grand foyer de corruption (rapport Conac)
©Droits réservés

Le nouveau rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac) dévoile l’ampleur de la corruption  au Cameroun. La région du Centre, siège des institutions,  est pointée du doigt comme la zone où le recours aux pots-de-vin, abus de fonction et trafics d’influence sont les plus courants.

A chaque rencontre avec la presse, le président de la Conac, le Rev Dr. Dieudonné Mbassi Gams sensibilise ses compatriotes en martelant toujours : « la corruption nuit à la croissance de notre pays. Les corrupteurs doivent être traduits en justice ». Mais, le mal reste toujours aussi profond, notamment dans la région du Centre.

Dans le rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2020, la région-siège des institutions nationales trône au sommet du classement établi par la Commission nationale anti-corruption (Conac). Sur les 3 392 dénonciations relevées par cette institution au courant de l’année dernière, 1 399 proviennent de la région du Centre.

Le rapport de la Conac relève en outre que : «plus qu’ailleurs au Cameroun, dans cette unité administrative, la corruption prend de multiples formes, qu’il s’agisse de marchés publics truqués, d’emplois fictifs, d’abus de pouvoir dans la fonction publique, de corruption d’agents publics, d’abus de biens sociaux, de prises illégales d’intérêt, de versement de pots-de-vin».

Le journal Intégration souligne, par ailleurs, que pour traquer le phénomène, tant à Yaoundé qu’ailleurs dans le périmètre de la région, les activités opérationnelles de la Conac en 2020 ont porté sur la réception et l’exploitation des déclarations de soupçons et autres informations, les échanges avec les assujettis et la transmission de renseignements financiers aux autorités compétentes.

Dans le document, on relève en 2020 une nette augmentation (53,78%) du montant global des flux financiers repérés par rapport à 2019 dans la région du Centre. Cette évolution peut être due à la sophistication croissante des corrupteurs. Elle s’explique principalement par les importants flux financiers repérés dans les affaires liées aux fraudes diverses et aux détournements de deniers publics.

De là, le lien est vite établi avec le nombre de dossiers transmis (149 au total au cours de 2020) au seul tribunal de grande instance du Mfoundi. Globalement, situe la Conac, la triste réalité est (comme partout ailleurs au Cameroun) accentuée dans les secteurs du transport routier avec 17% de dénonciations, suivi des affaires foncières (14,60%), des forces de maintien de l’ordre (13,60%), des finances (12,60%) et de la justice (11,30%).


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé