› Eco et Business

Cameroun: La répartition de l’emprunt obligataire est connue

Le président de la république a signé un décret repartissant l’utilisation des 200 milliards récoltés à l’issue de l’opération

Le président du Cameroun a signé le 22 mars dernier, un décret approuvant l’utilisation des 200 milliards de FCFA issus de l’emprunt obligataire effectué en décembre dernier. L’énergie bénéficie de la plus grosse enveloppe avec près de 90 milliards. Vient ensuite les travaux de construction portuaire et aéroportuaire avec 43 milliards, eux même suivis de la construction des routes, quatre au total, pour un montant de près de 38 milliards. Il y a aussi les mines avec 8 milliards, les télécommunications 4,5 milliards, l’eau avec 8,6 milliards et l’agriculture 8,2 milliards. A première vue, les postes de dépenses qui justifiaient l’opération ont été respectés, mais les affectations ont aujourd’hui changé.

Présentant le projet le 18 novembre à Douala, le ministre Essimi Menye des finances avait indiqué que l’opération visait à financer la réalisation de 14 projets d’investissement sur lesquels la quote-part du Cameroun est estimée à un peu plus de 200 milliards de FCFA. Etaient notamment concernés, la construction du barrage réservoir de Lom Pangar (72 milliards de FCFA), du barrage de Memve’ele (12 milliards de FCFA), la modification du tracé du Pipeline Tchad Cameroun, la construction du port en eau profonde de Kribi d’un montant de 21 milliards de FCFA, des projets miniers, des projets cobalt et nickel de Lomié (30 milliards de FCFA), des projets de télécommunications avec la construction de 3200 km de fibre optique (5 milliards de FCFA). Et aussi des projets agricoles.

Plusieurs observateurs s’interrogent sur le fait que l’agriculture continue d’être lésée, alors que la faiblesse de son rendement au Cameroun pèse pour près 60% dans le déficit de la balance commerciale, en raison du niveau élevé des importations alimentaires. Se prononçant sur la pratique de l’emprunt obligataire par l’état camerounais, le gouvernement avait indiqué que ce mode de financement était d’une part une résolution des états de la CEMAC à mobiliser une plus grande épargne interne pour la réalisation de ses projets de développement. C’est la première fois que le Cameroun a recours à ce type de financement pour son économie.

Répartition de l’emprunt obligataire du Cameroun
Journalducameroun.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé