Société › Société

Cameroun: la résistance des pays africains empêche une intervention internationale (ONG)

Un panel de Human Rights Watch. (c) Droits réservés

La Guinée équatoriale, la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud sont réticentes à l’ouverture des débats sur la crise anglophone devant le Conseil de sécurité de l’Onu. Une position qui est de nature à bloquer toute initiative des pays occidentaux, déplore Human Rights Watch.

 L’organisation non gouvernementale Human Rights Watch insiste. La crise en cours dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun devrait être abordée dans les réunions régulières du Conseil de sécurité de l’Onu.

L’Ong a critiqué l’opposition manifestée contre une telle initiative par l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire et la Guinée équatoriale, relevant sans ambages leurs propres «implications dans des violations des droits humains». « La Guinée équatoriale a de solides raisons de défendre l’idée intéressée selon laquelle ce qui se passe à l’intérieur des frontières d’un État, quelle que soit l’ampleur de l’atteinte aux droits ou la menace pour la sécurité, concerne uniquement l’État en question», souligne Human Rights watch.

Lire aussi : le Conseil de sécurité appelé à inscrire le cas du Cameroun à son agenda

Si les trois pays sont nommément cités dans une note publiée le 21 mai, l’Ong pointe un doigt accusateur sur l’Afrique du Sud principalement, lui rappelant sa propre histoire avec l’apartheid et le rôle joué par le Conseil de sécurité pour son abolition. Laquelle fondée sur une crise identitaire est similaire sur bien des points à la crise anglophone en cours au Cameroun depuis fin 2016.

Lire également : Au Conseil de sécurité, le Cameroun proteste contre une volonté d’ingérence

«Une certaine gêne des pays occidentaux pour prendre l’initiative face à une crise africaine est compréhensible. En effet, la meilleure manière d’inciter le Conseil de sécurité divisé à mettre fin à son indifférence pour le Cameroun est que ses membres africains fassent preuve de leadership et exigent des mesures», indique Human Rights Watch.

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé